Faire prendre corps aux résistances

Avec nos complices de l’émission Brasero sur canalsud nous avons organisé la venue du collectif metoca lundi 28 octobre 2019.  Cette projection discussion a été un moment intense et riche d’apprentissage. Si cette expérience est réservés aux souvenirs des personnes présentes vous pouvez écouter la discussion préalable enregistré par l’équipe de brasero.

Écoutez le directement sur le site de l’émission.

Cet évènement était aussi l’occasion de présenter notre envie de travail pour cette année. Parce que nous sommes polies nous nous sommes présentées et ensuite nous avons lu le texte suivant:

Sciences Sociales et Émancipations qui sommes-nous et que voulons-nous faire cette année ?

Nous sommes des universitaires, nous aimons ce que nous faisons. Et pourtant, nous savons que l’académie limite et contraint. L’université est un rouage essentiel du monde tel qu’il ne va pas.

Nous ne voulons plus craindre l’avenir, ni espérer, nous voulons trouver des armes. 

Nous pensons que le travail intellectuel peut avoir une utilité, s’il contribue à construire des outils collectifs et des savoirs situés, dans des perspectives émancipatrices.

Pour cela nous expérimentons des méthodologies de recherche, en faisant le pari que les moments de fabrication et d’échanges collectifs ont autant de sens, sinon plus, que les « résultats » obtenus.

Nous avons passé du temps à penser nos places et notre travail, à concevoir nos situations de précaires à l’université.

L’analyse des rapports de domination dans lesquelles nous sommes pris a été un élément central de notre activité.

Dans ce cheminement la question des rapports sociaux de classe, de sexe et de race nous sont apparus d’une particulière importance.

Ils sont complexes à manipuler, pourtant cela nous semble être une question primordiale dans et pour l’action collective.

Cette année, c’est cette question que nous prenons à bras le corps, pour chercher des manières actives de les déconstruire, et de les transformer avec une exigence d’articulation de l’individuel et du collectif, en partant de là où nous nous situons, de nos responsabilités, de nos vécus.

Dans une visée d’agir transformateur, de puissance, qui est forcément le fait de l’association   dans l’action collective.

Nous ne prétendons pas à l’innovation, ni à la découverte, nous voulons participer à un mouvement plus général en y apportant ce que nous savons faire.

Notre objectif est de construire des outils concrets de travail collectif, compiler des expériences et croiser des regards.

Notre idée serait de proposer, à terme, des dynamiques de travail sur 1 ou 2 jours pour comprendre les rapports sociaux de dominations et chercher des moyens de les transformer. Cela aurait lieu en mai ou en juin sur Toulouse.

Tout cela doit se préciser au fur et à mesure du chemin.

Nous savons simplement que nous voulons que ces moments soient ouverts à tou.te.s ceux et celles qui partageraient cette ambition….

Au plaisir de vous retrouvez rapidement.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.