Horia Kebabza L’intersectionalité comme ressource

Dernière séance de ce cycle sur ce qu’implique la recherche. Nous partageons cette séance qui nous laisse avec des perspectives de travail que nous souhaiterions approfondir. Une sorte de teaser pour l’année prochaine.

“J’ai toujours écris par nécessité”

Dans cette première partie, Horia revient sur son parcours. Elle revient sur la manière dont elle se retrouve de fait prise par des questions d’intersectionnalité du fait de sa position comme femme et comme non-blanche, comme féministe et anti-raciste. Elle revient sur les incidences de cette position en termes d’engagement militant/associatif et en termes de recherche scientifique. Elle nous parle ensuite de son article “l’universel lave-t-il plus blanc ?” (publié dans les cahiers du Cedref, en 2006) et de comment son travail d’écriture naît d’une nécessité personnelle, charnelle et d’une nécessité politique, les deux s’entrelaçant. Dans cet article, cette nécessité est celle du renversement du regard sur le racisme, qui n’est pas uniquement le problème des “racisé.es”, mais des “dominant.es”.

De l’importance de nommer la race

Ici, Horia revient sur le contexte de l’écriture de son article, le fait que les luttes ou les réflexions sur le racisme ne prenait pas au sérieux la “race” comme réalité sociale.
Elle nous raconte l’origine et la constitution du groupe “Race et Genre” à Toulouse, leurs actions, leurs statuts (précaires), leurs lectures (black feminism, Guillaumin, McIntosh…) leurs outils et leurs expériences partagées.

De la difficulté de penser ses propres privilèges.

Dans cette section, elle revient sur le travail collectif à faire sur les privilèges, sans tomber dans la culpabilité. L’enjeu lorsque l’on est privilégié.e est de passer d’une posture de « culpabilité individuelle » (quasi inévitable ?) à une démarche de « responsabilité » notamment collective. C’est à partir de cette idée de responsabilité du fait de son positionnement social, que la transformation peut advenir. La discussion s’engage ensuite sur les résistances des personnes en position privilégiée pour les remettre en question. Comment fait-on pour changer le monde? Est-ce aux racisé.es d’éduquer les dominant.es sur le racisme ? Puisque ce faisant, on réduit encore et toujours les personnes racisées à « témoigner » du racisme vécu, sans accéder à une véritable parole politique ; c’est aussi une stratégie d’évitement commode pour ne pas affronter sa position de privilégié.e.
Horia nous parle aussi de la fatigue, de l’isolement des luttes, et des différentes manières de lutter.

L’intersectionnalité, une notion toujours utile et politique.

Nous revenons d’abord sur les textes fondateurs (de K. W. Crenshaw, de P. H. Collins, des intellectuelles noires américaines) et leur force politique qui ont à voir avec l’ancrage dans la réalité. Ensuite nous abordons l’institutionnalisation et les débats stériles dans les milieux académiques. Elle revient sur le texte de Sirma Bilge sur “le blanchissement de l’intersectionnalité” qui évoque les écueils de l’intersectionnalité en prise avec l’individu.e néolibéral.e.
Horia revient alors sur son expérience professionnelle au sein de Grisélidis (Association de santé communautaire avec et pour des travailleur.ses du sexe à Toulouse) où la grille de lecture intersectionnelle lui sert quotidiennement, mais aussi en tant qu’enseignante à l’université, l’enseignement et les postures pédagogiques étant des pratiques politiques.
Horia nous parle de ses terrains de recherche (les quartiers “impopulaires”, les jeunes femmes) et de comment ses terrains nous parlent aussi d’elle et de son histoire. Elle fait “la petite” et “la grande” histoire de l’”intégration à la française”.” ou l’auteure nous montre comment cette institutionnalisation a tendance à évacuer la question de la race et du racisme, rapport social qui est au cœur de la pensée et du féminisme intersectionnel. Est évoqué aussi un article de Chi-chi Shi qui évoque les écueils de l’intersectionnalité en prise avec l’individu.e néolibéral.e.
Horia revient alors sur son expérience professionnelle au sein de Griselidis (Association de santé communautaire des travailleurs et travailleuses du sexe à Toulouse) où la grille de lecture intersectionnelle lui sert quotidiennement, mais aussi en tant qu’enseignante, qui est aussi une pratique politique.
Horia nous parle de ses terrains de recherche (les quartiers “impopulaires”, les jeunes femmes) et de comment ses terrains nous parlent aussi d’elle et de son histoire. Elle fait “la petite” et “la grande” histoire de l'”intégration à la française”.

Privilèges, pouvoir et puissance

La discussion revient sur comment on peut penser la perte des privilèges sans perdre de la puissance, alors qu’on veut changer le monde. Comment on construit du savoir sur nos positions, sans les transformer en pouvoir et en nouvelles dominations.

Coalition et politique

La discussion revient sur les positionnements et les “savoirs situés” et du fait qu’ils ne suffisent pas en eux-mêmes, mais nécessitent d’être discutés en permanence. Cela signifie que la « parole des concerné.es » doit également pouvoir être soumise à la critique.
Horia revient sur la notion de coalition, espace du politique pouvant représenter une multitude d’identités qui font ensemble, et de l’importance en simultané de temps et d’espaces en non mixité dans cette construction.

Est-on choqués par l’idée de privilège? 

La question est posée à la salle par l’intervenante.
 

Comment traiter la question de privilèges avec les étudiant.es/éléves.

Horia revient sur ses interventions pédagogiques sur les privilèges. La discussion s’entame sur comment utiliser des outils de conscientisation sans heurter des jeunes qui peuvent être dans des positions complexes, réfléchir à ne pas les mettre en position de « coupable » justement, et permettre une mise à distance des ressentis que les ateliers sur les privilèges peuvent provoquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.