En pédalo sur la mer de la précarité : un précaire de l’université chez deliveroo

Ce qu’implique la recherche #3 Fabien Lemozy

Fabien Lemozy est “jeune” docteur en sociologie et enseignant vacataire au département de sociologie de l’université du Mirail. Il soutient une thèse, en 2017, intitulée : “Costurando caminos : dynamiques de la migration transnationale bolivienne à destination de São Paulo : mobilités, trajectoires, espaces et réseaux”. Depuis, il est dans ce moment indéterminé entre thèse et emploi, il va donc s’atteler à “faire du CV” comme on dit, publier, enseigner, communiquer et postuler sur des postes (quand il y en a), des post-docs, des missions de recherche. Et puis, bien évidemment, payer son loyer, subvenir à ses besoins, etc. Fabien est un précaire de l’université, ou un précaire à l’université… Et, non content de ramer à l’université, Fabien Lemozy est aller pédaler chez Deliveroo et compagnie. Et, parce qu’on ne se refait pas, il a analysé cette situation dans un texte : “La dimension temporelle de l’expérience de coursier à vélo” (pas encore publié) et c’est pour parler de ça que nous l’avons invité.

Fabien Lemozy est “jeune” docteur en sociologie et enseignant vacataire au département de sociologie de l’université du Mirail. Il soutient une thèse, en 2017, intitulée : “Costurando caminos : dynamiques de la migration transnationale bolivienne à destination de São Paulo : mobilités, trajectoires, espaces et réseaux”. Depuis, il est dans ce moment indéterminé entre thèse et emploi, il va donc s’atteler à “faire du CV” comme on dit, publier, enseigner, communiquer et postuler sur des postes (quand il y en a), des post-docs, des missions de recherche. Et puis, bien évidemment, payer son loyer, subvenir à ses besoins, etc. Fabien est un précaire de l’université, ou un précaire à l’université… Et, non content de ramer à l’université, Fabien Lemozy est aller pédaler chez Deliveroo et compagnie. Et, parce qu’on ne se refait pas, il a analysé cette situation dans un texte : “La dimension temporelle de l’expérience de coursier à vélo” (pas encore publié) et c’est pour parler de ça que nous l’avons invité.

1. Comment on passe de la migration transnationale au Brésil aux coursiers à vélo. Approche du terrain et position de précarité.

Tout est dans le titre…

2. Algorithmes, coursiers et exploitation.

Comment se “constitue le bonus d’un projet plus élaboré, qui est celui de poser les cadres de nouvelles formes de l’exploitation et de la domination. Il s’agit d’exercer un pouvoir sur le travail et le travailleur autoentrepreneur, qui n’est plus pris dans le lien de subordination habituel du salariat.”

Fabien Lemozy “L’expérience temporelle des coursiers à vélo”.

3. La domination impersonnelle du capitalisme de plateforme

4. Rester dans la course : ce que l’expérience de coursier à vélo nous apprend de notre condition d’universitaires, et pas seulement des précaires.

Chasser l’attente, produire l’allégeance, rester dans la course (que je pourrais résumer en trois mots Vitesse, performance, endurance) sont autant de manières d’assurer que le travailleur consente à son auto-exploitation, tout en étant freiné dans sa capacité à s’approprier le monde. Être libre de décider de son temps de travail dans ce type d’organisation du travail, ce n’est pas de la liberté, mais de l’assujettissement et de l’aliénation à un mécanisme temporel.

Fabien Lemozy “L’expérience temporelle des coursiers à vélo”.

5. Échanges avec la salle


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.