Primum vivere deinde philosophari

Ce qu’implique la recherche #2 R. De Roux

Seconde séance du séminaire avec Rodolfo de Roux. D’abord homme d’église, d’appartenance Jésuite, R. De Roux étudie la théologie puis l’histoire, à Bogotá. Il enseignera l’histoire de l’Église, à l’Université Javeriana de Bogotá et la sociologie de l’éducation à l’Université pédagogique nationale de Colombie. Depuis le début, il propose une perspective influencée par le marxisme et liée à la théologie de la libération, il produit une histoire critique de l’Église, montrant qu’elle a contribué à neutraliser les luttes sociales.

Présentation

Rodolfo commence le récit de son parcours depuis sa formation chez les jésuites, les premières rencontres avec la théologie de la libération. Selon la maxime “Primum vivere deinde philosophari” [d’abord vivre, ensuite philosopher], il connaîtra différentes  expériences dans les milieux populaires. Il évoque le travail de “conscientisation” : l’utilisation de la liturgie et des prêches pour prendre conscience des situations d’oppression et d’exploitation, participer à l’organisation populaire pour réclamer des droits. Ce sont aussi les premiers accrochages avec la hiérarchie de l’Eglise.

Théologie de la libération

R. De Roux raconte le conflit avec l’épiscopat qui le mène à quitter le pays. Il arrive en France, commence à travailler avec M. de Certaux, et finalement réalise une thèse à l’EHESS, sous la diréction d’Emile Poulat .

Histoire populaire

Rodolfo continue son récit, sur la pratique d'”une Histoire qui peut être lu par des gens simples”, évoquant la fonction sociale de l’enseignement de l’Histoire. (on peut lire à ce propos, l’écrit de Rodolfo, « La insolente longevidad del héroe patrio »). Il raconte son travail dans un quartier populaire de Bogotá, et auprès de l’Union syndicale des ouvriers du pétrole. Il explique enfin ce qui l’a amené à réécrire une Histoire de la Colombie pour les enfants, prenant en compte les conflits sociaux et les sujets subalternes de l’histoire. Une publication qui sera l’objet d’une âpre polémique nationale et qui le conduira à nouveau vers l’exil.

En route vers l’exil

Rodolfo revient sur le contexte politique de l’époque, la répression et la censure qui règnent en Amérique latine. Il apprend que son manuel d’histoire de la Colombie est étudié comme exemple de subversion idéologique par les militaires. Il repart pour la France où il mène une deuxième thèse de doctorat sur le millénarisme et les utopies, puis fini sa carrière en France. (voir sur ce sujet l’écrit de Rodolfo, « Milenio, Nuevo Mundo y Utopía »).

Il répond ensuite à une question posée sur le regard qu’il porte sur la recherche académique actuelle et ce qui peut être repris des expériences de la recherche menée dans les années 60 et 70. Cela le mène à parler du contexte politique de l’époque, l’ébullition de la pensée marxiste notamment, puis la “traversée du désert” et la désillusion qui suit la chute du mur de Berlin. Il termine sur les préoccupations émergentes dans les chemins vers l’émancipation.

Échanges avec la salle

La salle prend la parole. Une question sur cette traversée du désert, à partir du Brésil où l’État s’est opposé au “christianisme de la libération” ce qui aurait favorisé l’essor des permis aux églises évangéliques.

Question et réponse autours du conflit entre l’institution ecclésiastique et la théologie de la libération. Il revient notamment sur l’importance de la CELAM (Consejo Episcopal Latinoamericano) à Medellín en 1968, pour faire la lumière du concile Vatican II à l’aune de la situation latino américaine, et son regard depuis le CINEP. Il revient sur la diffusion en Amérique latine de la théologie de la libération jusqu’à 1972 et la nomination de Alfonso Lopez Trujillo, furieux anticommuniste, comme secrétaire puis président du CELAM. Il évoque ses enseignements dans une faculté clandestine de théologie, dans la très catholique Colombie…

Une question sur la recherche et les sciences sociales. Tou.tes celles et ceux qui ont été formé.es à la grande époque de la IAP considéraient qu’il était important de passer par la pratique. Ce n’était pas qu’une utopie… Aujourd’hui comment fait-on ? Réponse située de Rodolfo comme chercheur à la retraite et la place à laisser à la nouvelle génération. Il termine en évoquant ses nouvelles préoccupations philosophiques et littéraires.

Pour allez plus loin Trois textes de R. de Roux, l’un reprenant son parcours, en préparation de cette séance. Deux communications : sur la II conférence épiscopale latino-américaine à Medellín, et sur les liens entre théologie de la libération et marxisme. Signalons un dictionnaire historique la théologie de la libération qui contiens notamment un lexique précis sur les personnalités qui ont animé ce courant….



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.