Intervention Ethnographique #1 TESO

Raconter une ville qui se transforme et, dans le même temps, comprendre ce que ça nous fait et ce qu’on peut y faire. Voilà brièvement notre ambition quand nous commençons, au début de l’été 2018, à fomenter une tentative d’intervention ethnographique sur Toulouse et en particulier la zone de gare promise à une profonde transformation dans le cadre du projet Toulouse Euro Sud Ouest (TESO).

4 jours d’ateliers avec 12 personnes, une cabine à raconter des histoires, un peu d’huile de coude et pas mal de questionnements plus tard, nous réalisons ici une sorte de point d’étape sous la forme d’un collage sonore. Il ne s’agit pas de relayer une parole. Nous faisons le montage de ce qui a été recueilli par de multiples mains, énoncé par de multiples voix. Nous participons plutôt à produire un discours.

Nous prenons aussi la parole dans le cours de cette production. Une parole à nous qui n’est ni extérieure, ni neutre… Nous c’est Ariela Epstein et Américo Mariani, nous écrivons à deux. Une anthropologue et un sociologue, nous nous intéressons à comment se produit l’espace, comment se constituent des sujets politiques mais aussi comment, avec les outils des sciences sociales nous pouvons favoriser pas seulement une compréhension mais une réelle prise sur ce qui fait notre monde. Avec, comme boussole, un souci pour les émancipations.


Le projet TESO est la réalisation concrète, dans le bâtit de la ville, d’une idée, celle de la métropole. Loin d’être neuf ce projet prend racine dans le cœur de l’aménagement du territoire, de la « mise au travail » du territoire qui consiste à faire de l’organisation des flux et de la répartition des stocks un outil de production optimisé, perfectionné… Un outil d’intervention concrète sur la vie des gens. Toulouse Euro Sud Ouest n’impacte pas un quartier bien défini avec sa vie propre et son identité, le projet grignote, dévore plutôt, les abords de cet immense équipement industriel qu’est la gare… Dans cette sorte de béance que creuse l’équipement ferroviaire au cœur de la ville va s’installer un quartier d’affaire avec 300 000 m2 de bureaux, soit 40 stades de foot et 7000 m2 de surface commerciale nouvelle. Impactant en profondeur les modes de relation des personnes qui habitent ou qui fréquentent ces endroits. Les personnes elles-mêmes qui habitent là, et tout autour, risquent d’être changées par la hausse du foncier.

La zone impactée par le projet TESO délimité en rouge -réalisation propre

Nous, nous arrivons là avec la volonté d’observer ce qui se trame dans ce changement, la manière dont le pouvoir s’applique sur la ville et l’urbain. Avec la première surprise de constater, d’une part, l’ampleur du projet et l’énergie importante mise par les pouvoirs publics dans sa mise en œuvre et, d’autre part, l’ignorance et /ou la sidération des habitant.es.

Nous avons voulu partir de là, de cette sorte d’indifférence ou de sidération qui fait que la ville est transformée par une dynamique qui apparait comme implacable… Nous avons eu envie de produire un savoir sur cette transformation. Un savoir qui, dans le même temps, fabrique une prise. Participer de l’émergence d’un discours collectif dans le même temps que l’on s’applique à comprendre ce qui se passe. C’est le sens de cette tentative que l’on nomme Intervention Ethnographique.

Ethnographique dans la volonté de raconter le plus finement possible ce qui se passe, ce qui se transforme, ce que ça fait dans la vie quotidienne. Intervention parce que l’on veut prendre part, parce que ça nous touche. Tenter de participer d’une mise en forme symbolique de cet espace, faire émerger des voix diverses contre le discours hégémonique du projet urbain qui sature l’espace de représentation et les représentations de l’espace.

Nous avons construit une boîte, de la dimension d’un photomaton. Une cabine que l’on peut démonter et transporter. Aménagée comme l’intérieur d’un vieil appartement avec un banc, des coussins, des tableaux et un micro. Une ambiance cosy pour accueillir des récits. Une boîte pour que les passant.es nous racontent leurs histoires. Un racontoir.

Le racontoir posé sur la place de la légion d’honneur à Toulouse par un beau jour de juin

Nous avons commencé par le placer au pied de la bureaucratie métropolitaine, sur la place de la légion d’honneur. Dans cet espace qui préfigure le futur vertical et moderne du quartier qui doit pousser autours.

Il y a celles et ceux qui entrent et se racontent, il y a toutes ceux et celles qui s’approchent mais qui n’entrent pas. Et puis, surtout, il y a ceux et celles qui n’entrent pas, n’approchent même pas et qui pourtant souvent sont nommé.es parce que ce sont des occupant.es permanent.es de la place. Les enfants disent “les bourrés”; les employés de la Métropole “des personnes qui n’ont pas lieu d’être”… Jamais vraiment compté.es, jamais vraiment pris.es en compte, toujours dans la catégorie « usages déviants », ilelles n’apparaissent pas dans les projections des architectes… Pourtant ilelles seront là à n’en pas douter. Nous n’avons pas encore trouvé le moyen pour faire une place à cette présence. Nous n’avons pas encore inscrit, autrement qu’en creux, par défaut, la réalité de ces personnes… C’est à faire nous le savons.

Les paroles recueillies par le racontoir s’adressent à nous. Personne n’y entre sans avoir discuté un peu avant, sans demander qui nous sommes, ce que c’est que cette boite, si c’est gratuit, à quoi ça sert…Le dispositif suscite étonnement, curiosité. Animation ? On s’adresse à nous, directement.

On perçoit aussi un autre type de destinataire, qui ne serait pas un auditeur radio par exemple mais les personnes qui font la ville. Comme si on nous déléguait une parole pour que nous puissions en faire quelque chose, comme si nous étions une courroie de transmission vers les politiques ou les décideurs. Du coup, dans les interventions, quelque chose qui ressemble à des doléances. Cela tient forcément aux questions qu’on pose : « comment vois-tu le quartier demain ? » pousse à dire ce que l’on voudrait. Mais il y a aussi la position dans laquelle on se met nous nous-même, avec notre boite équipée, en pleine place publique et qu’on pense donc forcément autorisée et un peu officielle (ce qui n’est pas le cas). Comme les gens nous demandent : « c’est pour quoi ? pour qui ? » et que l’on se dévoile alors comme chercheur.es,  se joue là, d’une manière ou d’une autre, quelque chose de l’ordre d’une défiance, d’une illégitimité pour ceux qui n’entrent pas ; ou une attente, une position imaginée de pouvoir, pour ceux qui entrent.

On retrouve beaucoup de termes utilisés dans les espaces publics de discussions sur la ville (le vocabulaire des urbanistes et architectes, celui des chercheurs). On utilise des concepts diffusés et autorisés, comme gentrification, urbanisme lourd, aseptisation, comportements civiques, dimension humaine, esprit petite rue, identité de quartier… qui peuvent donner une impression de discours stéréotypés.

Le sentiment que nous avons est que nous nous trouvons face à un rapport d’impuissance, de délégation, avec la ville et sa construction. Il est difficile même de la raconter avec d’autres mots que ceux des aménageurs. Il est difficile de trouver des espaces pour se poser à la fois la question de ce que nous voulons et de ce que nous pouvons. Difficile de produire une parole collective…

La plupart des sons que vous avez entendus, y compris les fonds sonores, ont été réalisé sur la zone de TESO par différentes personnes. Les sons de manifestation du 13 octobre ont été réalisés par Ben de canalsud et l’entretien de Pascal réalisé dans le cadre du café anti-teso. Nous remercions tou.tes les participant.es de l’atelier d’ethnographie urbaine, Dom, Emmanuelle, Ludo, François, Jade, Cat, Lise, Valérie et les anonymes qui se sont prêté.es au jeu du Racontoir. Merci à Aurélien de l’association Voix de traverse et à toute l’équipe de brasero.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.