ce qu’implique la recherche #1

Nous avons accueilli Laurence Boulaghaf et Fabien Magin pour une première séance riche de réflexions sur ce qu’implique la recherche.
Cette séance, comme les suivantes, est organisée sous forme d‘entretien afin de fluidifier l’échange. Nous l’avons enregistré vous pouvez donc la re-vivre ou la découvrir en écoutant les différents enregistrements.
 
Le Groupe de Travail Sciences Sociales et Émancipations se propose d’explorer ce que la recherche implique, avec toute la richesse de ce terme : comment on s’y implique, ce que cela implique pour les personnes prises dans la relation d’enquête et ce que le savoir, les connaissances qui s’y fabriquent, peuvent avoir comme implications.
La rencontre du vendredi 25 janvier 2019 a permis de penser ces questions en relation avec l’expérience croisée d’une recherche universitaire et d’un centre de santé, luimême en perpétuelle recherche (et pas seulement de financements). Une situation singulière où le distinguo chercheur.es / profanes est bousculé par une pratique active de réflexion sur les modes de faire et d’agir. Ici c’est dans le cadre d’un appel d’offre que s’ouvre l’occasion d’une recherche, c’estàdire dans un moment où le centre de santé va chercher à mettre en place de nouveaux dispositifs d’action.

1. Présentation de la case de santé. http://www.casedesante.org/ et du “projet de recherche innovante”. Dans cette section, on découvre en quoi la Case de Santé représente une “anomalie” dans l’environnement social et sanitaire en France. On revient sur son approche en termes de santé globale, sur l”objectif principal d’agir contre les inégalités sociales de santé, sur une double inscription “territoriale” et “extraterritoriale” et les compétences particulières acquises par l’équipe au long de ces années (ex: accès aux droits pour les étrangers). Dans cette section on revient aussi sur l’historique du projet de recherche, sur les “Dispositifs innovants de l’accompagnement des personnes à l’autonomie en santé”, en 2016, avec le CRESCO (http://cresco.univ-tlse3.fr/), sur la médiation en premier recours. 

2. le projet de recherche.   On revient ici sur le projet de thèse de Laurence dans le cadre de ce “grand projet” de recherche. Elle revient sur son intégration dans l’équipe de recherche et sur la construction de son objet. Mais…  elle parle aussi de certaines conditions personnelles et affinitaires pour effectuer cette recherche. Ceci permet de revenir sur les inscriptions et désinscriptions dans des milieux militants divers et sur les effets de celles-ci sur la posture de recherche et, de manière plus générale, sur le désenchantement, la culpabilité, l’objectivité, sur les exigences éthiques et politiques.  On revient aussi sur les expériences de la Case de Santé dans leurs relations avec les chercheur.es d’horizons divers et la particularité de la recherche interventionnelle actuelle, notamment sur la convergence entre militant.es et chercheur.es autour de l’objet “inégalités sociales de santé”, sur la commande de recherche et la construction de la question de recherche.

3. le rapport entre les chercheur.es et l’équipe de la case de santé. Ici les invité.es reviennent sur les logiques différentes et semblables entre chercheur.es et militant.es; sur les objectifs des un.es et des autres, sur les conflits et les temporalités différentes. On revient de manière plus pratique sur l’accès au terrain, les (non) stratégies et la (non) construction de la place de chercheur.e dans un milieu particulier. Mais aussi sur les limites qui se posent à la chercheuse et celles qu’elle se pose elle-même. On revient aussi sur “l’intrusion” , la “confiance”, l'”extériorité”, la “légitimité” du/de la chercheur.e en milieu “délicat” et comment cela se négocie entre militant.es et chercheur.es.  Iels reviennent à la fin sur une expérience de “restitution” (de la chercheure aux professionnel.les) qui ne c’est pas très bien passée et en quoi cette expérience sert à la réflexion.

4. La question de la diffusion et de à quoi servent les résultats de la recherche. Ici les invités reviennent sur les logiques différentes des chercheur.es et militant.es dans la “diffusion” des résultats. Sur les différentes perceptions de “ce qui est intéressant” à diffuser. Et surtout, on s’attaque à la “grande question”: qu’est-ce que cela apporte (ou pas) aux un.es et aux autres, de travailler ensemble…

Échanges avec les personnes présentes:

1. Quelques questions d’ordre méthodologique, notamment on revient sur la place de la chercheuse et les questions de “participation” / “observation”. On revient encore sur les zones de conflictualité entre les catégories et les langages des chercheur.es et militant.es.

2. Les pouvoirs publics et les usager.es, des absences très présentes. Une question qui vient titiller, mais pas tant que ça, les intervenant.es, sur les implications de “répondre aux demandes des pouvoirs publics”, les injonctions des politiques et les pièges de travailler sur les définitions données par elles, sur le remaniement de ces définitions, et sur les points “sourds” entre militant.es-chercheur.es et politiques publiques …  et ensuite sur la question de ce que tout ça apporte aux personnes (patient.es, usager.es)?

3. Sur la case de santé et ses implications. Sur les liens de la Case de Santé avec d’autres structures au niveau national et local.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.