De quelques initiatives universitaires et para-universitaire #1

Parce que chercher de nouvelles armes c’est aussi s’intéresser à toutes les initiatives qui promeuvent une autre façon de pratiquer les sciences sociales, ceci est une rubrique qui va prendre le temps d’en présenter quelques-unes, histoire de débarbouiller l’horizon des possibles. Il n’y a pas de volonté d’évaluation des initiatives, ni de hiérarchisation, mais une simple présentation pour que chacun.e puisse se faire son avis en allant y jeter un œil. Il y a de très nombreuses initiatives, il est impossible de les décrire toutes. Pour ce premier billet nous allons faire un tour d’horizon d’expériences très diverses, issues du champ académique.

Penser l’émancipation

Des colloques internationaux qui concrétisent la volonté du monde universitaire de se mêler des questions d’émancipation. C’est un réseau qui se construit dans le cadre de ces rencontres biennales dont la première a eu lieu à Lausanne en 2012. On trouve sur le site dédié l’essentiel des interventions. En 2014, l’édition qui a eu lieu à Nanterre a donné lieu à des critiques soulignant la composition très universitaire de ces rencontres. Nous les mettons ici parce que l’enjeu de ces rencontres est justement de faire coïncider une analyse académique et une action de transformation.  La dernière édition a eu lieu à Bruxelles en 2016. Francine Bolle, l’une des organisatrices de cette édition, travaille actuellement à un retour sur l’ensemble des colloques.

L’atelier de sociologie narrative

Le début de la présentation donne envie : « Bienvenue à vous, amateurs et professionnels, profanes et savants, qui connaissez l’épaisseur du social et déplorez l’ésotérisme des sciences sociales. Sociologues oui, car nous observons et éprouvons des relations, mais historiens si vous voulez, artistes, ethnographes ou ethnologues, romanciers, philosophes, reporters. La narration, le récit sont nos outils communs. Les sciences sociales ont voulu expliquer le monde, il s’agit maintenant de les transformer. Et tout de suite dans leurs formes, dans leur écriture, dans leurs mots, leurs images, leurs sons, leurs odeurs, leur goût (pas de pluriel ?). Politique ? Oui, si, par là, l’on entend la démocratisation de la connaissance et que l’on s’attaque à ses premières tâches : la politisation de l’intelligentsia, le renoncement à l’autisme intellectuel, le désir de s’affranchir du conservatisme de la forme, la participation à la discussion publique. A la dispute publique. » Animé par Jean-François Laé, Annick Madec et Numa Murard, des enseignant.e.s chercheur.e.s qui participent à d’autres projets qui ne manquent pas d’intérêt comme par exemple le laboratoire du changement social et politique  qui organise un séminaire intitulé : Théories et pratiques de l’émancipation : regards croisés. « Et bien sûr nous pensons aussi à celles et ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans une université mais ont récolté de solides connaissances en sciences sociales et politiques dans les buissons de l’autodidaxie. L’ouverture de cet atelier est une proposition pour partager, prolonger autrement ce qui a été fait jusqu’à maintenant. » Cette dernière phrase issue de leur présentation termine d’éveiller chez nous un intérêt profond pour cette démarche.

Pratiques et pensées de l’émancipation

C’est l’intitulé plein de promesses d’un programme pluridisciplinaire de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l’Université de Caen. En lisant leur présentation on peut comprendre le cheminement de ce séminaire. En 2012 des chercheuses et chercheurs expérimentent « le désir commun de réappropriation des possibles, potentiellement aptes à combattre la domination, l’exploitation et l’aliénation ». Un programme que nous ne renierons pas ici, d’autant que le séminaire organisé par les laboratoires ESO et CERReV entendent ne pas dissocier « pratiques et pensées » de l’émancipation, faisant référence tant aux mouvements sociaux, ZAD et « no borders » qu’à des auteur.e.s comme Fraser, Butler, Harvey et Lefebvre. L’édition 2015 était orientée principalement sur la ville, mais d’autres thématiques comme le genre, l’intersectionnalité et  les luttes anti-industrielles avaient été abordées. En 2016, le séminaire avait abordé les thèmes du décorticage du confusionnisme à la solidarité LGBT, en passant par l’enfermement et la place des femmes dans les mouvements anarchistes. Certaines des conférences sont disponibles à l’écoutes. Reste à savoir si le séminaire continuera en 2017.

Ouvroir des sciences sociales potentielles

Créé en 2014 à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, l’ouscipo développe des partenariats de recherche entre ses étudiant.e.s, ses chercheur.e.s et des acteurs et actrices de la société civile (associations, acteurs de l’économie sociale et solidaire collectivités locales, syndicats, entreprises, particuliers, etc.). Il s’agit de « créer les conditions d’un enrichissement réciproque de ces questionnements. » Il semblerait que, pour l’instant, il s’agit d’atelier pour Master et doctorant. Il n’en reste pas moins une marque de l’intérêt suscité aujourd’hui par la construction de démarches ouvertes dans les sciences humaines et sociales. L’Ouscipo est animé par Corentin Durand et Liora Israël. Pour les contacter : ouscipo@ehess.fr. Un exemple de recherche; un entretien présentant une journée d’étude.

Socioresist

Un programme financé par l’Agence Nationale de la Recherche (2013-2017) propose d’interroger les formes infra-politiques de la résistance ordinaire (coordinateur : Jérôme Beauchez, Centre Max Weber, Université de Saint-Etienne). Ce programme « entend contribuer à l’élucidation sociologique des moyens d’action, tout à la fois pratiques et symboliques, élaborés par des groupes d’acteurs confrontés à différentes situations de domination, ou de mise en infériorité. » Il s’agit de multiplier les points d’entrée empiriques : « les héritiers des immigrations pris dans le quotidien des banlieues (Jérôme Beauchez), les ouvriers et les paysans en déclin face aux logiques socioéconomiques de la globalisation (Anne-Sophie Sayeux, Sandra Trigano et Corine Védrine), les collectifs de chômeurs et d’activistes contestataires (Christophe Trombert), les groupes paupérisés en situation de squat et/ou d’errance (Djémila Zeneidi et Jérôme Beauchez), les homosexuelles, bi et trans (Aurélia Léon), ou bien encore les personnes en situation de handicap (Eve Gardien) ». Le tout en restant focalisé sur la question des rapports de domination. Leur blog sur hypothèse est malheureusement très peu alimenté et il est difficile de suivre les productions concrètes de cette ANR.

 

Luc Boltanski, dans Émancipation, les métamorphoses de la critique sociale (2014), parle de l’impuissance d’une critique qui n’embraye pas sur les mouvements sociaux. Il pose la question de la place des intellectuel.le.s et du travail intellectuel dans la société, des possibles ouvertures de l’université, et de la pensée que nous produisons. Les expériences rapportées ici ont toutes en commun de vouloir franchir la barrière que nous constatons tous et toutes entre académie et luttes sociales. Comment pourrions-nous tirer un bilan critique de ces tentatives pour affronter cette question de manière conséquente ? Comment à la fois partager les savoirs constitués dans l’académie sans pour autant renforcer la « classe intellectuelle » ? Comment les méthodes et les objets scientifiques peuvent être travaillés par cette nécessité de non confinement de la recherche ? Est-ce que répondre à ces questions n’est pas aussi penser à nouveaux frais l’utilité des activités de recherche et d’enseignement ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *