S’inscrire à l’université.

Lire le conflit social sur les murs de l’université du Mirail

Nous proposons ici un parcours sensible dans notre université, celle où nous travaillons, enseignons, faisons de la recherche et, à l’occasion, luttons. Une promenade commentée entre des murs que nous aimons, qui mêlent constats, rêveries et analyses. Cette « lecture des murs » naît et prend sens dans l’expérience que nous avons de cet endroit et de ce qui s’y passe.

Un titre en forme de jeux de mot après le mouvement du printemps 2018 contre la sélection à l’entrée de l’université. Nous avons cherché à faire parler les murs, à regarder et à saisir ce qui se jouait là, pas seulement ce qui y était écrit, mais ce que l’on pouvait dire d’un processus profondément politique d’inscription. Inscription dans le sens de prendre place dans, trouver sa place ; inscription comme de multiples actes d’expression et de subjectivation qui s’effectuent dans un espace public qu’ils contribuent à construire. Ce sont des préoccupations, des conflits, des sensibilités qui se montrent sur les murs et traduisent des pratiques concrètes. Cette phrase, « t’effaces, je repasse », peut nous servir d’aphorisme (sans préjuger de l’intention de la personne qui l’a écrite) car dans cette rime bien sentie se mettent en scène un dialogue et une lutte de places : « tu m’effaces, je viens réécrire », et ce inlassablement, inexorablement, sans relâche. Un conflit qui s’exprime en permanence et prend ici un sens physique puisque la personne ne se laisse pas effacer, elle revient, opposant à l’acte d’effacement la présence concrète de la personne qui « repasse ».

Revendiquer l’expression

Cette lutte permanente entre effacement, délégitimation des formes sauvages d’inscription et, d’autre part, écriture et légitimation, s’exprime parfois telle quelle, mettant des mots sur la pratique même de l’inscription. Cette discussion en prolonge d’autres, qui avaient lieu en Assemblée Générale, où s’opposait une vision de l’écriture sur les murs comme une dégradation et en tant que telle perçue comme « défavorable à l’image du mouvement ». D’un autre côté l’écriture sur les murs est revendiquée comme expression, moment et outils du mouvement.

 Cette discussion ne peut être séparée du récit médiatique sur les « dégradations »[1]. Ce qui se joue est un partage entre ce qui est légitime et ce qui ne l’est pas. Il s’agit d’exclure, de réduire à rien une parole et une sensibilité, et par là les personnes qui les portent. Se joue un partage du sensible qui délimite la parole du bruit, la salissure de l’expression. « Ce système d’évidences sensibles qui donne à voir en même temps l’existence d’un commun et les découpages qui y définissent les places et les parts respectives. Un partage du sensible fixe donc en même temps un commun partagé et des parts exclusives. Cette répartition des parts et des places se fonde sur un partage des espaces, des temps et des formes d’activité qui détermine la manière même dont un commun se prête à participation et dont les uns et les autres ont part à ce partage. »[2]

La Fusion

Les photos réunies ici ont été prises entre février et mars 2017 alors que le projet de fusion des universités toulousaines, incluant Le Mirail (UT2J), Paul Sabatier (UT1), l’INP et l’INSA (école d’ingénieur) est en cours d’élaboration[3]. Il est pris en mains et décrypté par des étudiant.es qui le contestent. Alors qu’il est difficile d’avoir un réel débat sur la question, les murs de l’université et, dans leur prolongement, le métro et internet, relaient la contestation.

Le projet de fusion est contesté à partir d’une position sur le « savoir » qui doit être gratuit, soulevant déjà la question de la sélection. Il y a, si on va plus loin dans les critiques, une vision de l’université qui s’oppose à une autre. On voit aussi que les médiums utilisés sont divers : banderoles, micro-écritures dans les marges, sites internet ou encore autocollants, ainsi que beaucoup d’inscriptions faites à la craie.

Très clairement, il y a une retenue dans l’acte d’écriture sur le mur, les méthodes utilisées privilégient l’éphémère, prennent peu d’espace, comme pour éviter les attaques autours de la forme et ne garder que le fond. Cette période de gestation du conflit disparaitra des mémoires lorsque la grève débutera plus de 6 mois plus tard, suite à la consultation, et de manière plus importante encore lors de son durcissement et des phases de blocage. La fusion serait devenue un problème public tardivement, l’information aurait manquée. Il nous semble plus juste de parler d’une « invisibilisation ». Les coalitions qui portent la fusion font « comme si » il n’y avait pas de contestation, et l’organisation du travail à l’université, comprimant les temps, empêchant les temps collectifs, ne favorise pas le débat sur le sens du travail. Cela conduit les tenants du projet à analyser la contestation non pas comme une critique de celui-ci, fondée sur une vision différente de l’université, mais comme un problème d’incompréhension, voire ne concernant les intérêts particuliers que d’une minorité[4].

Dans cette période du second semestre 2017, le projet s’inscrit en plein dans l’université et pose la question de l’usage de celle-ci, de ses buts, de manière pratique et concrète. Un espace qui doit être attribué à une entreprise de restauration privée est occupé par des étudiant.es qui avaient pour ce lieux un projet de cantine autogérée à bas prix. La banderole « étudiant.es snobé.es, université occupée » semble, quand on la relit aujourd’hui, prémonitoire. La contestation du projet de fusion s’ancre dans une remise en question des options prises par la direction de l’université concernant l’usage des locaux et leur organisation.

Conflit

Le 13/12/2017 la grève est lancée à l’université contre le projet de fusion. L’inscription du conflit va prendre de l’ampleur et aboutir au blocage total de l’université. Il va rejoindre alors le mouvement national contre le durcissement de la sélection à l’université (note : Loi ORE, Parcoursup, etc). Remarquons aussi un autre mode d’expression qui est apparu sporadiquement dans les Assemblées[5]. Des banderoles qui viennent s’intercaler entre les discours, s’invitent sur la retransmission en direct sur internet, parasitant un autre espace de parole. Les deux banderoles ici représentées prennent à partie d’une part le quotidien local, La dépêche, accusé de donner une vision biaisée de l’événement, et d’autre part l’administrateur provisoire qui prend ici la parole pour la première fois dans l’assemblée générale.

C’est l’illustration que ce moment n’est pas celui de l’affirmation d’une unité, d’une identité univoque et monolithique mais plutôt le lieu de conflits et d’énonciations différentes. Les discussions déjà évoquées sur les écritures sur les murs relèvent de ce même dissensus : quelles sont les paroles et les pratiques légitimes ?

L’arche

Sur toute la durée du conflit, l’inscription de la lutte dans les lieux va varier. Blocage partiel, blocage total, occupation d’un bâtiment, puis d’un second. Il faudrait rentrer dans une description plus documentée que celle-ci pour donner une vision complète des événements de cette période. Nous nous arrêterons plus spécifiquement sur un des espaces occupés, l’arche, car il nous semble qu’il symbolise en partie ce conflit. La dimension du bâtiment qui sert de porte principale à l’université en fait un élément majeur de son architecture. L’ampleur des inscriptions réalisées sur celle-ci, la durée d’occupation de plusieurs mois, et la place que celle-ci a pris dans la représentation médiatique de l’occupation en fait un élément central.

Le bâtiment de l’arche est occupé par une partie des personnes s’opposant à la fois à la fusion et la sélection, avec toutefois une volonté de poser des questions plus directement sociétales et politiques, en prise avec l’actualité. L’énorme fresque où sont représentées des personnes masquées, prêtes à assumer un affrontement avec les forces de l’ordre évoquent le conflit alors en cours à Notre Dame des Landes, une locomotive fait le lien avec la lutte des cheminots et un panneau portant la mention « interdit d’interdire » rappelle mai 1968 dont on fête ici et là le cinquantenaire[6]. La mention Université populaire (qui est antérieure à la fresque) marque la volonté d’afficher un projet différent pour l’université et peut laisser croire qu’une réflexion sur à quoi et à qui sert l’Université prend place dans cette occupation. Celle-ci est aussi arrivée comme une proposition de lutte, à la fois but et méthode, dans une perspective critique des Assemblées Générales. « Occuper comme nouvelle forme de lutte ici et maintenant, en dépassant les moyens déjà mis en place, sans attendre les décisions des dirigeant.e.s administratif.ve.s et politiques. Occuper l’université au-delà de ce qu’elle est. (…) C’est aussi leur démontrer que par occupation nous entendons : construire une autre manière de voir et d’habiter l’université. C’est dans cette université qui n’est pas qu’un lieu de passage où nos principales activités seraient sortir du métro, marcher, s’asseoir et étudier et consommer le savoir que nous investissons notre volonté de militer »[7]

 D’autres inscriptions relèvent et répondent à une actualité plus directe : « ingouvernable » étant aux dire de certain.es, « le plus beau compliment » de la ministre Dominique Vidal adressé aux étudiant.es en lutte. Prononcé lorsqu’elle démet de leurs fonctions l’ensemble des instances de l’Université de façon tout à fait inédite dans un conflit de cette ampleur. L’inscription « Ni fachos, ni flics » renvoie aux expulsions d’Universités par les forces de l’ordre qui donnent lieu à des tabassages en règles comme à Bordeaux[8] et à l’intrusion de nervis fascistes dont le cas le plus grave a été observé à Montpellier[9]. « Solidarité avec les détenus, la prison tue » fait référence à la mort d’un prisonnier à la maison d’arrêt de Seysse, mort dénoncée comme relevant de l’homicide par les co-détenus et dont l’annonce va déclencher quelques jours d’émeutes dans les quartiers populaires Toulousains. On peut voir, dans ces énonciations, une préoccupation attentive à ce qui se passe à la fois dans le pays et dans le quartier. Est-ce que ce n’est pas, au final, le rôle de l’université ?

Le battage médiatique sur les destructions qui ont eu lieu à l’intérieur du bâtiment occulte et rend impossible une autre discussion qui pourrait tenter de comprendre, d’analyser, de percevoir ce qui s’est passé et ce qui a été questionné. Le processus d’i le renvoie à la salissure, au bruit et in fine à une représentation du sauvage, de celui qui n’est pas d’ici, pas civil, pas écoutable. Une représentation qui exclut toute portée critique de l’occupation. Dans ce partage, entre ce qui peut avoir lieu et place et ce qui doit être exclu, se joue l’essentiel du conflit politique. Un processus de fuite de la politique est à l’œuvre. On préfère la sécurité de la police.

Ici, c’est le Mirail

Il faut rappeler que cette Université a connu, très récemment, un double processus de destruction, dans un délai très court. D’abord renommée du nom de Jean Jaurès puis concrètement détruite et reconstruite, en partie sous la forme d’un partenariat public-privé. Si les locaux devaient être remis en état, la décision de la destruction et du changement de nom relève d’un choix qui n’a jamais été réellement mis en débat. Là encore une réflexion détaillée sur les enjeux de ce processus reste à faire. Ce qui par contre s’inscrit avec force c’est le conflit qui se cristallise autour du nom de l’université : le Mirail ou Jean Jaurès.

Nous pouvons poser l’hypothèse que le conflit qui s’exprime de manière récurrente recouvre aussi des visions de l’université. Les quelques arguments énoncés lors du changement de nom relèvent en grande partie de l’image de l’université. C’est-à-dire que la raison principale tient à la volonté de donner la bataille de la concurrence, en France et à l’étranger, et ce dans un processus de « déterritorialisation » de l’Université. L’idée est alors de lui donner le nom d’une personne, consensuelle, plutôt que celui du quartier où elle se trouve. En effet, la dénomination Mirail renvoyait à un quartier dans une situation difficile : chômage, racisme, mal logement etc. étant le lot commun des habitant.es, il s’agit alors d’attacher cette université à une autre réalité. Par ailleurs, l’Université du Mirail était nationalement connue comme une « fac de gauche », « engagée » et régulièrement en grève, ce qui explique peut-être aussi la volonté de changer de nom. Enfin, on transforme aussi la mémoire d’un lieu en réaménageant l’espace lui-même. La destruction de l’amphi 8, lieu des AG depuis sa création, fut, elle aussi, tout un symbole.

Il semble que, là encore, la discussion sur le rôle et la place de l’université est invisibilisée, renvoyée à une nostalgie passéiste. Pourtant il y a là, sans doute, les germes d’un débat important et, peut-être, incontournable.

Occupation et effacement

Plus de 60 interventions policières ont permis de remettre les Universités en état de marche et en mesure de délivrer des diplômes à la fin de l’année scolaire 2017-2018. Les plaies sont sans doute profondes et pas seulement chez les nombreux blessés, plus ou moins graves, qui ont émaillés ce conflit. Force de l’ordre, sécurité privée et nettoyage ont été le triplé gagnant de cette fin de mouvement. Il est probable que c’est sur les murs que nous verrons émerger à nouveau les débats occultés dans l’opération.

Ce parcours commenté vaut en ce qu’il est une compréhension du politique à partir de ce qui s’inscrit dans l’espace. C’est aussi le résultat d’une prise de position forte : celle de considérer les inscriptions dans l’espace à la fois comme un rendu public et la configuration d’un dialogue. En bref, de considérer que dans l’occupation et l’écriture des lieux, se forme un espace public subalterne. Nous appelons ainsi à reconsidérer ce qui est de l’ordre de la dégradation et de l’expression, ce qui révèle des prises de position politiques et qu’il faut considérer comme telles. Et si l’on peut penser qu’il s’agit d’ une extension du domaine de la libre expression, il faut aussi penser que tout ce qui ramène cette expression à de la salissure, du bruit ou des présences inopportunes, relève alors de la censure, de l’oppression et de la violence.


[1] Le traitement de la protestation contre la sélection à l’université et la loi ORE en général a été celui d’un renvoie à une étrangeté vis-à-vis de l’université. Déqualifications, discours pointant la présence « d’éléments extérieurs », multiplication d’images en cadre serré montrant des « usages déviants » (lits, nourriture) ; le président de Tolbiac allant jusqu’à parler de « prostitution ». Le recours à la violence légale ou pas (comme à Montpellier) est la conséquence directe de cette déligitimation permanente.

[2] Jacques Rancière, « Le partage du sensible | multitudes », Alice, no 2 (1999), http://www.multitudes.net/Le-partage-du-sensible/.

[3] http://stopfusiontoulouse.wixsite.com/stopfusion/single-post/2017/01/30/Feuille-de-route-de-la-Fusion

[4] La controverse était parfois réduite à la simple fin d’un accord sur les congés des BIATS de l’UT2.

[5] Il convient de préciser que celles-ci sont filmées et transmises en direct sur les réseaux sociaux. L’espace de parole de l’assemblée est aussi un espace de représentation sur les réseaux. Cette dimension, qui a suscité un certain nombre de débats, mériterait développement.

[6] Que mai 1968 ait été une lutte importante contre la sélection à l’université, pour une université ouverte et critique, dont les pratiques d’occupation, de face à face déterminé avec les forces de l’ordre, de jonction avec des luttes ouvrières et aux célèbres graffitis n’a pas manqué d’alimenter certains parallèles. Il faut souligner l’incohérence de célébrations bon chic bon genre de ce mai là pendant que les universités subissaient une rare violence.

[7] https://iaata.info/A-la-fac-du-Mirail-l-occupation-on-la-voulait-on-l-a-prise-2412.html

[8] Le 6 mars

[9] Dans la nuit du 22 au 23 mars 2018 des personnes cagoulées font irruptions dans un amphithéâtre occupé par des étudiant.es et s’en prennent à eux à coup de barre de fer. L’enquête révèlera la responsabilité du doyen, qui avait approuvé l’autodéfense de ses étudiants, et l’implication de professeurs dans l’attaque.


Une réflexion sur « S’inscrire à l’université. »

  1. Quand est-ce que vous allez parler normalement, sans avoir ce soucis permanent d’être reconnu par vos paires… Vous faites de gestes simples, concrets, efficaces, un discours sinueux, ampoulé, un discours dit d’en haut sur et sûr… et contagieux en plus… Là je suis en train de chopper cette maladie… je m’arrête donc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.