La “validation universelle” comme analyseur de l’institution universitaire

Nous mettons à disposition ici une brochure rédigée à Paris 8 sur la question de l’évaluation. Cette brochure a été écrite suite à la lutte autours d’une “validation universelle” par le collectif-en-devenir, regroupant des étudiant.e.s-chercheur.e.s du département de science de l’éducation. Cette lutte faisait suite aux mobilisations contre la loi travail en 2016. Il s’agit, pour les personnes qui ont écrit cette brochure, non seulement de revenir sur cette expérience mais aussi de faire le lien avec l’université de Vincennes et les débats qui l’ont agité à propos de la question de l’évaluation.

Pour avoir accès à la brochure c’est ici

Sans vouloir faire une analyse de ce qui c’est passé lors du dernier mouvement, contre le tri social à l’entrée de l’Université, il est intéressant d’apporter des éléments de réflexion sur un point important : la question des examens. En effet, d’une part des étudiant.e.s n’ont pas hésité à refuser de passer leurs examens dans des actes forts individuels et collectifs, d’autre part les personnels enseignant.e.s et non enseignant.e.s ont envisagé de se mobiliser autours des examens. Enfin, le gouvernement a clairement marqué sa volonté de faire tout son possible pour que les examens ne soient pas impactés, le président se fendant de son fameux “il n’y aura pas d’examens en chocolat dans cette république”.

Il faut reconnaitre que le gouvernement a gagné cette bataille, mais il ne l’a pas seulement gagné en faisant intervenir 22 fois les forces de l’ordre sur les campus. Dans les multiples éléments qui ont fait basculer les personnes mobilisées en faveur de la tenue des examens, il y a un rapport profond à nos métiers. Nous devons l’évaluation aux étudiant.es. Nous touchons là à des convictions profondes, au sens même du travail des enseignant.es. C’est maintenant qu’apparaissent des initiatives telles qu’une université volante ou des interstices, et avec la conviction que cette question se reposera prochainement, que nous pensons nécessaire de nourrir la réflexion sur l’évaluation. C’est en questionnant nos pratiques dans leur cour ordinaire que nous pourrons éventuellement agir en temps de lutte et aussi que nous réussirons, éventuellement, à ouvrir des interstices dans l’Université telle qu’elle est.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.