Se situer et prendre position : la précarité

Nous oublions parfois d’énoncer ce qui est trop évident. Nous sommes des précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche et ce n’est pas dit littéralement dans les présentations que nous avons faites du séminaire. Pudeur ? Oubli ? Libre à chacun.e d’interpréter à sa guise. Disons-le : nous sommes de ceux et celles, qui, coincé.e.s entre un doctorat et l’éventualité d’un poste, cherchent leur place à l’Université ou à sa périphérie. En attendant nous exerçons notre « profession » d’enseignant.e.s et de chercheur.e.s et nous « faisons du CV »… Nous faisons tourner la boutique : organisation de séminaires, charges de cours, post-docs, une-petite-retranscription-oui-merci-c’est-aimable. Nous postulons à des concours, montons des dossiers, attendons des réponses de revues, tout en essayant de maintenir une activité de recherche. Bref, nous sommes celles et ceux sans qui l’Université ne fonctionnerait pas mais qui n’avons aucun pouvoir, aucune voix, aucune possibilité d’influencer sur le cours des choses. La précarité est aussi une minorité politique. Une organisation de la dépossession des moyens de décider et de prévoir pour nous-mêmes et par nous-mêmes. Nous participons à une institution où nous n’avons prise sur rien, nous n’existons pas dans le débat pas même comme objet, pas même parlé.e.s par d’autres.

Cette situation n’est pas individuelle, ni localisée, elle est commune à un nombre croissant de personnes et donne lieu à des prises de positions diverses. Nous voudrions ici en reprendre quelques-unes pour affiner les tenants et les aboutissants de cette position qui nous est faite et tenter d’affirmer la nôtre.

D’abord, nos réflexions sont alimentées par un document réalisé ici, au Mirail, par le collectif des précaires et auquel nous avons participé. Nous repartons de ce document pour caractériser la précarité non pas uniquement d’un point de vue économique mais comme facteur d’incertitude et de subordination d’une part et, d’autre part, comme symptôme d’une dégradation des conditions de travail qui touche l’ensemble de l’Université. Ainsi nos situations ne sont pas des « drames individuels » mais la conséquence de politiques de transformation de l’Université qu’il serait trop long de développer ici.  Dans le même temps, nos situations relèvent d’interactions précises à l’échelle des laboratoires ou des départements qui révèlent les habitudes, les comportements et turpitudes des universitaires, mettant à nue les entrailles de l’institution. En cela la précarité peut être l’analyseur d’un ethos universitaire autoritaire, égotiste et compétitif qui n’est pas seulement lié aux réformes récentes. Ainsi la précarité, comme phénomène collectif et réalité située, pourrait permettre de mettre en crise et le modèle libéral compétitif qui vient et les fonctionnements profonds de la recherche et de l’enseignement.

Depuis quelques années des luttes de « précaires » ont lieu et son confrontées à ces deux niveaux : la nécessité de changements globaux relevant de politiques nationales et une « idée » de nos rôles et de nos métiers. Cela donne des revendications allant de la simple reconnaissance à la dénonciation d’abus précis en passant par des revendications plus larges concernant le sens de nos métiers. Deux prises de positions récentes ont particulièrement attiré notre attention par la façon qu’elles avaient d’énoncer cette problématique.

Le collectif des docteur.e.s sans poste manifeste sa « consternation » devant la diffusion d’une offre d’enseignement en vacation de plus de 100 heures. Et d’interpeller leurs collègues en ces termes :

«  (…) nous tenons à souligner que ces offres de vacations, au détriment de réels contrats de travail, sans même parler de création de postes pérennes, contribuent à la massification de la précarisation et à la paupérisation des jeunes chercheurs. Tout ceci dans un contexte d’augmentation des effectifs d’étudiants et de stagnation, voire de baisse dans certaines disciplines, des recrutements d’enseignants-chercheurs sur des postes stables. Par conséquent, il est souhaitable que nos collègues titulaires dans ce département de science politique, en LSHS et dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR) de manière générale, s’inquiètent des conséquences de la diffusion de ces offres, se saisissent du problème, et ne se déresponsabilisent pas derrière des contraintes budgétaires qui, tout en ne permettant pas de faire face aux défis auxquels est confronté l’ESR,
entretiennent la précarité de leurs collègues non statutaires. »

La section de science politique de l’université de Lille prend la peine de répondre et après avoir souligné qu’elle « partageait ces préoccupations », éprouvait la nécessité d’exprimer son « étonnement ». Selon elle, cette offre de vacation serait liée à une « dynamique d’accroissement de l’offre de cours en science politique », il s’agirait alors d’une option stratégique, de se donner les moyens de répondre à cette demande pour « favoriser à terme la création de postes stables dans cette discipline ». La section se dit par ailleurs consciente « des conditions de travail des étudiants, du personnel administratif et des enseignants titulaires » et participe, partout où elle le peut, « à alerter sur le manque de moyens et la nécessité de créer des emplois d’enseignants-chercheurs titulaires pour assurer les missions pédagogiques et scientifiques de l’Université ».

Si le fait que des membres titulaires d’un département prennent la peine de répondre à un collectif de précaires est en soi une bonne chose, nous restons quelque peu consterné.e.s par cette réponse. En effet, le recours à la précarité comme stratégie de développement nous semble quelque peu aléatoire et la promesse d’un avenir radieux où de nombreux postes s’ouvriraient ressemble à une blague. Il convient de rappeler que le recours aux vacations pour assumer des tâches habituelles est illégal. Faire d’un acte de gestion, d’un rafistolage pourrait-on dire, une stratégie de lutte relève d’une exagération proprement scandaleuse. Tenter de faire que tout fonctionne malgré les multiples coupes budgétaires en espérant être enfin entendu ne peut être une solution. Et comme le rappelle le collectif des docteur.e.s sans poste dans sa réponse : « Avoir conscience ou alerter de ce que la précarisation massive de l’ESR 
progresse ne suffit plus. »

Encore plus récemment, c’est l’Assemblée Générale des doctorant.e.s de l’UFR de Sciences Sociales de Paris 7 Diderot du 11 janvier 2017 qui écrit une lettre. Elle commence par préciser qu’ils et elles sont affilié.e.s à des laboratoires « travaillant sur les inégalités, la précarité, les discriminations, le changement social et politique ». Soulignant nettement la dichotomie entre les paroles et les actes, ils et elles reviendront plusieurs fois sur cette idée ainsi que sur l’importance de « sortir du confort de la posture éclairée et désabusée de la bonne ou mauvaise ‘conscience du problème’ ». Cette lettre qui dénonce des comportements vexatoires précis, des humiliations, l’accumulation du travail gratuit, fait le constat précis d’une situation qui est « le fruit des défaites de la communauté universitaire, défaites qui portent le nom, entre autres, de LRU 1 et LRU 2. La précarité des jeunes chercheur-e-s n’est plus, comme il y a trente ans, une étape transitoire dans une carrière plus ou moins rapide : elle est structurelle. Nous faisons tourner une bonne partie de la Licence, et pourtant nous ne serons qu’un petit nombre à décrocher in fine un poste de titulaire. Il s’agit bien d’un problème politique. »

Oui, c’est un problème politique, nous en convenons, mais de quoi parle-t-on vraiment ? Est-ce que l’ouverture de postes suffiraient à le régler ?

Ce qui est sous-jacent dans bon nombre de discours de collectifs précaires c’est une difficulté à nommer en même temps des revendications salariales, sur les conditions de travail et l’emploi, et des revendications politiques sur l’organisation de l’Université liées à la question des missions de celle-ci. Le retour à la LRU et à la défaite des universitaires face à la finalisation du projet d’une université entièrement soumise aux logiques de la valorisation et régulée par la concurrence est pertinent parce qu’il permet de nommer d’autres processus. Notamment le financement de la recherche par projets qui approfondie la nécessité des évaluations quantitatives dites objectives, l’inexorable marche vers la sélection en Master et en entrée de licence et enfin les différents processus de fusion (IDEX, COMUE, FEDEX etc.). Dès lors est-ce que nous voulons simplement prendre place dans cette université de plus en plus sélective et concurrentielle, de plus en plus attachée aux objectifs économiques ? Est-ce que les collègues aux traits tirés, les cours préparés à la va-vite, l’accumulation des rendus imbéciles destinés à faire mousser les financeurs… Est-ce que tout cela nous fait rêver ? Pour nous il est clair que non, définitivement non.

Nous avons une autre idée de ce que sont l’enseignement et la recherche, une idée alimentée par les questions des émancipations, des contradictions de la société, des conflits que nous vivons dans et hors de l’Université. Il n’y a pas de retour possible à un passé rêvé qui n’a jamais existé, mais il y a l’enjeu de faire exister à l’Université, dans nos universités, une dynamique d’ouverture, de rencontre, de politisation et de critique. Nous retrouvons ces idées dans le texte « De la Z.A.D. à l’Université : appel aux chercheur.euse.s ».

« Pour comprendre comment nous en sommes arrivé.e.s là et quels sont les projets politiques à la manœuvre, nous bénéficions d’un héritage riche, critique des idéologies telles que celles de l’innovation et de l’excellence ; de l’économie de la connaissance et du savoir ; du rôle des experts et de l’hyper-spécialisation des chercheur.e.s ; de la vaste question de l’éducation et sa nécessité ; plus globalement, de la stérilisation de l’imaginaire induite par et au service du capitalisme néo-libéral. D’autres ont aussi amplement documenté les aspects totalisants du « complexe technoscientifique », et certain.e.s s’efforcent d’y trouver des portes dérobées favorables au hacking et au détournement. Nous souhaitons investir et étendre cette base critique afin de questionner radicalement, et pratiquement, notre rôle social, et d’éveiller notre potentiel créateur. Et s’il faut d’abord ramasser des patates le matin pour ensuite agir-réfléchir (le ventre plein) l’après-midi, et bien, nous en sommes ! »

Dans une certaine résonance avec cet appel, nous aimerions repenser la précarité à partir d’un questionnement de l’Université et de son monde. De la position subalterne qui est la nôtre, nous avons probablement un point de vue privilégié pour ce faire. Peut-être que cette précarité est aussi une sorte de point de contact avec d’autres points de vue subalternes. Certes, nos situations sont, par bien des points, enviables : lorsque nous travaillons c’est à des niveaux de salaires élevés, la reconnaissance symbolique de nos métiers est forte et nous nous battons pour faire ce que nous voulons faire. Pourtant, de là où nous sommes, nous voyons plus clairement l’iniquité de ce système, les manques d’une Université repliée sur elle même, outil servile des dominations et de la reproduction de celles-ci. De là où nous sommes, il est possible de remettre en question le discours de justification de l’Université qui voudrait que la recherche, fusse de « service public » et pour le « bien commun ». En effet, nous ne pouvons pas ignorer la participation de l’université au maintien d’un monde de domination et d’exploitation. Dès lors nous nous devons de projeter autre chose, un autre rapport aux connaissances, aux savoirs, aux enseignements. Et donc à partir de là, à partir d’une prise de position dans une situation qui nous est faite, il est possible de faire des alliances et de penser la charge émancipatrice que nous pouvons amener dans nos pratiques. Si nous acceptons de nous situer et de nous comprendre dans cette situation, non pas pour ce qu’elle n’est pas, —c’est- dire à partir de ce qui lui manque : la stabilité, la titularisation, le confort—, mais bien au contraire, pour ce qu’elle est, pourrions-nous en prendre le parti ?

Il s’agit dès lors de trouver des moyens pour faire consister cette position, pour lui donner une existence concrète. Sans doute faudrait-il pouvoir penser, dans le même mouvement, nos conditions économiques, nos conditions de vie et de survie et nos options politiques vis-à-vis de la recherche et de l’enseignement. Tenter d’être cette part maudite de l’institution sans qui rien ne fonctionne mais qui ne veut plus juste fonctionner, jute reproduire, mais inventer de là où nous sommes des moyens pour participer aux émancipations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.