SSE: détours par le Rio de la Plata

Pour cette année 2017-18, le groupe de travail Sciences Sociales et Émancipations change de format. Nous organisons des ateliers et une table ronde à Montevideo en décembre 2017 dans le cadre du XXXI congrès de ALAS (Association Latino-Américaine de Sociologie). Nous allons travailler avec des collègues latinoaméricains les questions que nous avons développé tout au long du cycle précédent: le rôle des intellectuels dans les processus d’émancipations. Les ateliers nous permettront d’échanger sur nos pratiques et nos réalités et la table ronde permettra de faire un focus plus concret sur l’évolution des modalités d’exercices de nos métiers. Intitulé « Emancipar? Las ciencias sociales, del “salvacionismo” a la (auto)critica » cette table ronde  réunira:  Ma. Laura Bianciotto (UNR-Ishir/CONICET, Argentine); Jerónimo Díaz Marielle (Habitat International Coalition -HIC, Mexique) ; Daniel Veloso Hirata (UFF, Brésil) pour évoquer des situations particulières dans ces trois pays. Nous (A. Faya-Robles, A. Epstein et A. Mariani) amènerons notre expérience de la réalité française.

Ce détour par l’Amérique latine est une sorte de retour aux sources. Il nous ramène à un premier atelier auquel nous avions participé « L’état, l’hégémonie et l’éducation en Amérique latine ». Au cours de cet atelier nous avions pour la première fois mis en œuvre des dynamiques de travail nous permettant de prendre le large des habitus universitaires tant sur le fond que sur la forme. Depuis, nous avons affiné la réflexion mais avons gardé ce fil : interroger les conditions de production du savoir, et nos propres positions, dans une économie générale de la production de connaissances. Tout en maintenant une réflexion sur la portée de celle-ci dans les pratiques sociales.

Nous pensons ensuite faire un retour sur ces questions lors d’une journée d’étude à l’UT2 au printemps. Notre idée est de restituer ce que nous aurons rencontré et récolté lors de notre séquence uruguayenne et de donner de la place à des pratiques ici et maintenant pour, immédiatement, prolonger le questionnement. Le programme n’est pas encore aboutit, nous le rendrons public dès que possible.

Nous travaillerons ensuite à une publication collective pour formaliser et garder une trace de ces réflexions entre les deux rives.

 

« Emanciper ? Les sciences sociales, du « salvationnisme » à l’(auto)critique ».

 

Le XXXIeme Congrès de l’Association Latino-Américaine de Sociologie propose comme thème transversal la « sociologie en temps de changements » et postule l’engagement de la pensée sociologique envers les mouvements d’émancipation et d’empowerment émanant ces dernières années de groupes subalternes dans le sous-continent (lutte des femmes contre la violence de genre, mouvements des peuples autochtones contre les modèles extractionnistes, etc.)

Si les sociologues accompagnent ces processus de différentes façons –en objectivant des savoirs, en légitimant des revendications-, ils se sont souvent positionnés comme les « libérateurs », les « émancipateurs » de groupes disqualifiés ou illégitimes. Le mythe d’un moment de « révélation sociologique » des mécanismes tacites, symboliques et fétichisés du pouvoir, s’invalide dès lors que nous regardons de près comment s’articulent les savoirs et pratiques des intellectuels avec ceux des sujets et des acteurs politiques. Christine Delphy (1989) nous rappelle, par exemple, que la notion de « patriarcat » n’est pas une invention des féministes intellectuelles, en tant que concept, mais plutôt une idée issue de l’intérieur du mouvement féministe et se référant à des situations concrètes de souffrance et d’oppression vécues par les femmes. 

Pour autant, nous croyons au rôle important des sciences sociales dans les processus d’émancipation sociale. Luc Boltanski, dans « Emancipation, les métamorphoses de la critique sociale » (2014) souligne l’impuissance et la stérilité d’une critique sociale qui n’embraye pas sur les mouvements sociaux. Il se demande quelle est la place des intellectuels et du travail intellectuel dans la société, s’interroge sur les possibles ouvertures de l’Université et des idées que nous produisons en son sein. Si nous avons un rôle à jouer en tant qu’intellectuels, chercheurs, enseignants, il nous semble que ce rôle doit encore être débattu et problématisé. Nous postulons que pour pouvoir problématiser notre rôle dans l’émancipation des « autres », il est nécessaire de discuter d’abord de nos propres émancipations. Ainsi, du salvationnisme à la critique, il nous semble indispensable de passer par une réflexion nous concernant, par une auto-analyse et une auto-critique. C’est ce que nous nous attachons à faire depuis deux ans dans notre séminaire « Sciences et Sociales et Emancipations » (à l’Université de Toulouse 2) et que nous souhaitons transposer à Montevideo lors d’une table ronde et une série d’ateliers lors du Congrès de l’ALAS, invitant des collègues latino-américains dans cette discussion. Il s’agit, à partir de cas concrets, de nous poser nous même (universitaires, chercheurs, étudiants, enseignants, etc.) comme objet de réflexion et de questionner les relations de pouvoir dans lesquelles nous sommes pris et qui déterminent nos pratiques intellectuelles. Il nous semble urgent, dans un monde et une Université en crise, de comprendre comment ceux-ci affectent nos métiers et nos « productions », de penser et de construire des pratiques de recherche et d’enseignement basées sur le travail collectif, l’égalité et la non reproduction des modèles de domination qui sclérosent aujourd’hui l’université.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *