Instruction pour bien boire le maté

Sous des cieux peu propices à la rêverie et aux causeries tardives, il est parfois difficile de trouver des personnes qui partagent les us et coutumes des bords du Rio de la Plata et que, pour des raisons qu’il serait trop long de déployer ici, nous avons à cœur de faire vivre au sein du GT Sciences Sociales et Émancipations. Ainsi, arriver avec une calebasse remplie d’herbe, une paille en métal et un thermos d’eau chaude laisse parfois perplexe nos contemporains. L’incompréhension se fait plus intense encore lorsque l’assistance s’aperçoit que les pratiques entourant l’objet confinent à la maniaquerie et que chaque faux pas déclenche des cris étranglés et des crissements de dents angoissés. Pour pallier aux malaises voici quelques explications pour “bien boire le maté”.

Tout d’abord, il vous faut des ami.e.s ou pour le moins des personnes qui pourront échanger avec vous, le temps dun mate, des nouvelles, des bons mots, des propos philosophiques ou ordinaires. Le maté n’est qu’un élément dans un moment d’interaction sociale, il en constitue le support et le déclencheur mais pas l’essentiel. Indispensable mais pas essentiel, c’est un premier paradoxe. Un second paradoxe est constitué par les dérives courantes vers un individualisme matistique, chez certaines personnes qui, à force d’accoutumance à cette pratique groupale, en élargissent l’usage et boivent le maté seules. Les plus récentes études ont pourtant démontré que cette individuation de la pratique n’est pas un individualisme et “loin de constituer une anomie égoïste, cette pratique en solo est toujours un hommage à l’Autre, avec un grand A (Emilio Miehkrud, 2001) .

Le maté est source de détente et d’informalité, longtemps réservé à la sphère intime rituel du matin ou du retour du travail ou, pour un usage plus “public”, aux basses couches de la société (parce qu’il vient des indiens Guaranis, puis a été réapproprié par les gauchos, les paysans, les travailleurs). On lui attribue des propriétés permettant de tenir longtemps sans manger ni dormir (fondamental pour des longs séminaires). Il s’est progressivement imposé dans tout les espaces sociaux et en premier lieu la rue.  Pourtant il n’en est pas moins réglé par un rituel minutieux et exigeant allant de la température de l’eau, la manière de le mettre en service et de le faire circuler, à la façon de le recevoir. Une seule personne officie à sa préparation et à sa distribution : “el sevador” qui peut être “la sevadora”, après avoir préparé le maté en dosant scientifiquement la quantité d’herbe dans le récipient et en ayant porté l’eau à la “bonne température”[1]. Il lui faudra faire gonfler suffisamment l’herbe, en l’humidifiant, et placer la “bombilla”, sorte de paille de fer avec un filtre à sa base, de façon à ce que l’absorption soit facile et régulière (op.cit, p 287)

La personne fera ensuite faire le tour à son maté, c’est à dire le distribuer, tours à tours, et une fois reremplis, à chaque personne présente. La “ronda” doit tourner dans un sens et respecter simplement l’ordre des places. Une sorte d’égalitarisme circulaire qui ne donne aucune préséance, aucun passe droit. Chacun.e des participant.es se saisit de la calebasse et porte la “bombilla” à sa bouche pour en tirer l’ensemble du breuvage amère et excitant. Un bruit caractéristique évoquant assez bien la fin d’un évier que l’on vide indique que la calebasse est prête à être rechargée en eau. [2] Pareillement, la “bombilla” ne doit pas être agitée comme une cuillère, le maté est savamment dosé et disposé dans la calebasse par le ou la sevadoræ et il est sacrilège que de rompre cette préparation. La personne qui le sert prendra soin de toujours tendre le maté en orientant la bombilla vers la personne qui va le boire. En effet, celle-ci ne doit pas avoir à interrompre sa discussion. Pour autant, le maté n’est pas un microphone et il convient de boire relativement vite sa part pour permettre la continuité du service.

Retour alors au centre (au sevador) et redistribution jusqu’à épuisement des participant.e.s qui, par un simple “merci”, signifieront leur volonté d’être laissé.e.s en dehors de la ronda de mate. Tout en restant évidemment dans le cercle de discussion ainsi créé, le maté inclut mais n’exclue pas. Ainsi, tel que le précise Cristobal Criollo (1890) il ne faut surtout pas remercier un maté alors qu’on pense continuer à en prendre, car ceci peut engendrer une incompréhension dans l’interaction entre le.a cebador.a et celui ou celle qui reçoit le maté. Il s’agit là de contraintes mineures qui se résolvent par des échanges entre l’un et l’autre ou l’une et l’autre de manière spontanée, sans laisser (généralement) de séquelles dans les relations. L’important étant que même dans ces cas de reajsutement interactionnel, le maté sert comme support non-agonistique (Marcelo Maussino, 1978) 

Là réside la puissance magique du maté de créer un espace temps pour la parole sans faire dépendre de son adoration la participation à celuici. Il parait même que si on le fait tourner dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, il est possible d’abolir le temps qui passe, de rester indéfiniment dans cette brèche sociale et temporelle qui abolit les hiérarchies et les temporalités. Rituel indispensable pour qui veut se préoccuper à la fois de sciences sociales et d’émancipations…

 

Notes:

 [1] La bonne température? Elle est soit scientifiquement fixé à 95° Celsius par un collège de sage secrètement réunis dans la province de Santa Fe en 1836… Soit de manière complétement arbitraire par la sagesse populaire “ponele un chorrito de agua fria”… A moins que ce soit l’inverse,dessus la littérature est peu précise.
 [2] Attention: Il est de très mauvaise éducation de dégurgiter sur la bombilla en faisant de petites bulles.

Bibliographie:
Criollo Cristobal, “Mate” Bonum et usus, Editorial sapienza, Buenos Aires  1890
Maussino Marcelo, El uso dialectico del Maté en una perspectiva materialista de liberacion de los pueblos, Libros del porvenir, Santa Fe, 1978
Miehkrud Emilio, “A tu et à toi” El maté como vector de la amistad en el cono sur, Gardel en casa, Tacuarembo 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.