L’intervention ethnographique collaborative

Proposition méthodologique pour une recherche impliquée

Auteur.es : Ariela Esptein, Américo Mariani

L’ethnographie, comme écriture profonde, attentive et détaillée d’une réalité localisée, vise à raconter pour comprendre, pour « prendre avec ». Intervention parce qu’il ne s’agit pas simplement d’enquêter et d’observer mais d’avoir un impact sur le réel. Collaboratif parce que c’est dans l’interaction que repose l’efficace de la démarche, par la mise en récit, à travers une dynamique d’ateliers mêlant éducation populaire, outils audio – visuels et recherche en science sociale.

Introduction

La situation ne porte pas à l’optimisme : précarisation, marchandisation, atomisation des collectifs, difficulté à avoir part, à avoir prise. Les mots de G. Deleuze nous inspirent quand il énonce qu’il ne sert ni de craindre, ni d’espérer mais de chercher de nouvelles armes [Deleuze, 1990]. C’est dans cet état d’esprit que nous écrivons aujourd’hui. Ce que nous voulons partager par ce texte c’est une tentative pour donner de la prise à notre travail de recherche, de lui faire embrayer sur la transformation du monde. C’est pour nous une question majeure que nous exprimons sous la dénomination de recherche impliquée[1], qui s’inscrit dans une réflexion épistémologique sur nos positions d’intelectuel.les et nos réalités de précaires. Attelage étrange, mais il nous semble important de commencer par là.

Notre point de vue est situé et il impacte notre démarche scientifique et politique à différents niveaux. Nous sommes des “docteur.es sans postes”, des “jeunes chercheur.es”, des “postulant.es permanent.es”, et c’est en conscience que nous avons entamé une réflexion sur le travail de recherche en sciences sociales et sur l’Université. Depuis 2015 nous la menons au sein du Groupe de Travail Sciences Sociales et Émancipations (SSE) [Epstein et al., 2017] à travers différentes activités : séminaires, ateliers et journées d’études[2]. Nous y avons lu Fanon et Rancière, Freire et Fals Borda. Nous avons échangé sur les questions de recherche-action, d’éducation populaire et plus largement sur la place des intelectuel.les dans les processus d’émancipation [Epstein et al., 2018]. Avec SSE nous avons d’abord voulu mener un travail réflexif sur nos propres situations, nos propres incapacités à intervenir sur nos réalités de manière collective. Nous ressentions la nécessité de poser la question de l’utilité de notre travail non pas d’un point de vue utilitariste mais du point de vue de la transformation sociale. Il était pour nous important, vital, de persévérer dans notre être. De continuer à faire de la recherche sans pour cela attendre que l’on nous en donne l’autorisation à travers une allocation de ressources. Pourtant il n’est pas possible de travailler de manière isolée, la diffusion de ce texte est une invitation à la critique et à la collaboration, une recherche d’espaces où partager nos préoccupations. Nous voulons ici faire une proposition méthodologique pour qu’elle puisse être explorée dans l’échange ou, pourquoi pas, par des tentatives pratiques avec d’autres.

Cette proposition consiste en une rencontre entre la pratique de l’enquête en anthropologie et sociologie et la pratique de l’image et de la radio. Il nous est apparu fécond de mettre au centre de la première l’usage des seconds et, par-là, transformer la relation d’enquête et la production de savoirs. Notre objectif est que ce soit dans ce moment là que la connaissance se fasse outil pratique et concret de subjectivation des personnes impliquées. Ce temps particulier n’est dès lors plus subordonné au temps de la restitution mais il est, en lui-même, une finalité.

Dans un premier temps nous présenterons les fondements théoriques de l’approche, ensuite nous aborderons spécifiquement l’apport des outils photo et radio pour finir sur la description d’une première tentative réalisée.

Intervention, collaboration et éducation populaire

Le projet s’inscrit dans le prolongement des réflexions méthodologiques sur les méthodes qualitatives, mais aussi d’une science sociale soucieuse d’agir technique [Dayer et al., 2014] et d’une intervention dans le monde réel. Concernant l’agir technique, nous devons ici évoquer « l’intervention sociologique »[3] [Touraine, 1978]. Nous en retenons les apports sur la capacité d’un groupe à construire une réflexivité collective et de poser le passage à l’action de ce groupe comme un objectif de la recherche. Faire en sorte qu’un dispositif de recueil et de diffusion des données participe à la fois à un supplément de connaissance sur une question et à l’efficace direct de cette connaissance où la mise en récit est déjà une reprise en main de son existence (Ricoeur, 1990 :191). Pour autant nous prenons résolument nos distances avec la prétention à la globalité de l’intervention tourainienne. S’inscrire dans le champ de l’ethnographie, c’est postuler une implication dans l’ordre du proche, du particulier. C’est viser des effets de recherche dans un espace limité, non pas que le savoir produit soit limité mais que la montée en généralité, la diffusion, relève d’autres mécanismes, d’autres mises à l’épreuve.

Pour autant l’écriture ethnographique ne sort pas indemne des critiques faites au positivisme tout au long du 20ème siècle. Clifford Geertz introduit la notion de « description dense », montrant qu’il ne s’agissait par de rendre compte du réel mais de le constituer dans l’écriture. Par ailleurs, il n’y a pas de parole neutre de l’autorité savante [Abélès, 2014 : 90]. Il ne s’agit pas dans la pratique ethnographique de « collecter des faits ». De là la nécessité de travailler à une textualité soucieuse de restituer la pluralité des voix et le dialogisme propre à l’expérience de terrain. L’ethnographie devient alors une modalité du rendre compte d’un jeu des réflexivités engagées selon des modalités différentes dans une situation commune. Nous tentons alors de toucher à cette théâtralité complexe et complice qu’évoque Marcus [2002].

De cette manière l’ethnographie peut être une intervention, au sens fort du terme, parce qu’elle produit des effets directement là où elle se déroule. Ce n’est pas uniquement les connaissances ou le savoir produit qui sont à réfléchir. C’est une expérience singulière qui se joue alors où notre implication est primordiale, une sorte de mise en jeu de nous-même. Nous pouvons espérer endosser cette subjectivité d’intersection qui nous permettrait de produire des effets politiques, en intervenant sur le partage du sensible [Abélès, 2014 : 96]. Ces effets nous ne pouvons, ni ne voulons, les contrôler, mais il nous semble primordial de prendre soin du lieu où nous intervenons.

C’est par un ménagement des liens que nous pouvons tenir cette exigence, que nous pouvons postuler une éthique de la responsabilité sur les implications de nos recherches, notamment dans la relation avec les personnes sur le terrain.

Ce lien avec les personnes nous le mettons sous le signe de la collaboration, cherchant à développer une coopération à toutes les étapes de la recherche, préoccupation que l’on retrouve dans la recherche participative ; champ en plein essor [Storup et al., 2013], qui recouvre différentes formes de recherches se retrouvant sous cette dénomination : la recherche-action, la recherche collaborative, la recherche formation, la recherche partenariale… [Caouette, 2012]. Nous avons conscience d’ajouter à une longue liste et, d’une certaine manière, à la confusion régnant sur la question de la recherche intervention où le risque de réinventer sans cesse le même, sous de nouveaux atours, est réel. Nous ne tenons pas à une nouvelle dénomination, nous essayons de nommer ce que nous faisons et de faire apparaître les apports éventuels de cette proposition.

Construire ce savoir partagé, c’est apprendre ensemble à travers la transformation du monde, pour paraphraser Paolo Freire. C’est-à-dire construire des dynamiques de travail en commun, soucieuses des places, des positions et des réalités de chacun. Pour cela il nous semble indispensable de penser les cadres et les contraintes qui permettent de tendre vers l’égalité dans les différents ateliers, en faisant un usage critique et dynamique des outils accumulés de longue date dans les pratiques de l’éducation populaire[4]. S’inscrire dans cet espace de pratiques découle du nécessaire ménagement évoqué plus haut, et implique de porter une attention particulière aux dynamiques d’échanges et de collaboration, en s’adossant à un corpus de techniques et à une tradition. Cela nous permet de réfléchir le processus de recherche comme un espace – temps de pratiques en commun où les modalités de mise en œuvre ont autant d’importance que d’éventuels résultats. Les intentions ne suffisent pas à produire des situations d’égalité, mais au contraire c’est dans et par la praxis que s’instaurent des dispositifs tendant à rendre égalitaire des situations qui le sont rarement, entre chercheur.es de différents statuts, entre chercheur.es et « enquêté.es », entre enquêté.es différemment inscrit.es dans le social. Un pari, en tant que cette praxis puisse avoir de véritables effets de connaissance et participe d’un renouvellement de l’approche. Il n’y a pas, d’une part les outils et méthodes, et d’autre part les apports, théories et résultats mais une attention permanente aux agencements de ces différents éléments.

C’est dans cette optique que nous travaillons spécifiquement sur les outils et les méthodes. Souhaitant sortir du paradigme d’une science qui n’aurait que l’écrit comme vecteur social exclusif, nous utilisons des outils photo et audio pour (d)écrire le réel.

Médias radiophoniques et photographiques

Le propos de notre dispositif est de produire des données à partir d’un travail réflexif mené en commun avec les personnes rencontrées, d’accéder à ce qui n’est pas préalablement énoncé, à ce qui n’est pas immédiatement sensible, non pas depuis une analyse de situation a posteriori, mais par une mise en situation, par la mise en acte d’un échange. L’enjeu est d’avoir accès aux langages, aux concepts et aux intérêts des participant.es, de favoriser la production de récits détaillés et de se donner l’occasion d’observer le processus d’élaboration collective du sens. Nous avons recours à des dispositifs audio et visuels, en tant qu’ils peuvent être des médias privilégiés dans les rapports d’enquête à différents moments de la recherche. De par la facilité d’implication qu’ils permettent, la production d’un discours pour un destinataire plus large [Buob, 2016] et des formes de restitution plus appropriables ainsi que des possibilités de feed-back [Rouch et al., 2009] et d’échanges. L’usage de ces outils participe à faire émerger un questionnement partagé sur le terrain de l’enquête et facilite la circulation de celui-ci dans des modalités autres que l’écrit ou le face à face.

Les différents éléments constituent un dispositif sociotechnique de recueil et de production d’obtenues [Latour, 1993] qualitatives. C’est-à-dire qu’il s’agit dans un même mouvement de considérer les outils —méthodes et techniques— et les interactions sociales qu’elles induisent. Des outils utilisés par les chercheur.es mais également par les personnes impliqués dans des ateliers ou activités de recherche[5]. En effet, ceux-ci sont conviés à participer à des moments d’initiation techniques puis à prendre part à la réalisation de l’enquête elle-même, depuis la formulation des problématiques de recherche, aux différentes étapes de documentation, construction et analyse de données jusqu’à la mise en œuvre de différentes formes de restitutions.

Il est toujours complexe de documenter non pas des opinions ou des représentations figées dans les discours, mais de saisir leurs élaborations, d’observer les tensions, les arrangements et les articulations dans le cadre d’interactions. Les dispositifs mis en œuvre visent à faire émerger une parole complexe, non pas déjà là mais naissant de l’interaction. Il s’agit de mettre en marche un processus de recherche encadré, qui place en son centre la relation avec les personnes dans un espace social donné, stimulée par l’usage d’un dispositif sociotechnique comme vecteur de cette mise en mouvement. L’enjeu est que la langues, les concepts et les intérêts des participant.es prennent lieu et places, et se prennent à une élaboration collective de connaissances. Il s’agit d’un résultat en soi notamment quand ceux-ci proviennent de personnes dont l’inscription sociale ne favorisent pas la confiance en soi qui motive l’expression publique de leurs opinions.

Nous utilisons deux ensembles de techniques — sons et images — pensées comme deux « boites à outils » mobilisables dans des situations précises et non comme des protocoles figés, des recettes, applicables en tout temps et en tout lieu :

  • Par outils radiophoniques, nous entendons à la fois des techniques de captage sonore, d’écriture radiophonique[6] et de diffusion. C’est-à-dire un ensemble de pratiques, avec et sans micro : captation sonore (plateau, captage extérieur, entretien…) ; élaboration d’un contenu (documentation, écriture) ; réalisation sous différentes formes (documentaire, débat, reportage, chronique) ; sans oublier bien sûr la diffusion (enregistrement sur CD, diffusion hertzienne, diffusion internet, diffusion in situ, installation sonore…). Les outils radiophoniques permettent de créer des situations d’interlocution (directe ou indirecte) dont la configuration est décidée par les chercheur.es. Différentes modalités de mise en situation sont rendues possible, permettant un processus itératif de prise de parole et d’écoute.
  • Nous mobilisons également l’image, et en particulier l’image fixe, sous la forme de collectes d’images issues d’archives publiques et privées, traces tangibles des mémoires ; de prises de vue en situation, reprenant la tradition du « native image making », visant à analyser le « point de vue » des photographes ; d’images comme supports à la discussion, déclencheur de parole : sur la base de discussion de groupe ou d’entretiens, suivant le modèle de la « photo-elicitation interview » [Collier et al., 1986] c’est à dire une méthode d’entretien basée sur un corpus de photos que les enquêté.es « explicitent » depuis leur place de spécialistes.

Les questions de l’effet de ces médias dans le rapport d’enquête sont au centre de nos réflexions. Notamment les effets de terrain induits par l’introduction de telles techniques, trop visibles pour laisser indemne la position du ou de la chercheur.e qui ne peut plus prétendre à un effacement. Au contraire, c’est bien un véritable rapport social particulier qui s’instaure avec l’utilisation de dispositif technique de captation [Lallier, 2011] sur le terrain. Il s’agit encore une fois de concevoir la relation enquêteur/enquêté comme le pivot central de la démarche de recherche [Papinot, 2013]. L’usage des outils radiophoniques et photographiques ne se résume donc pas à un captage audio ou visuel d’une réalité déjà présente, d’un témoignage, d’une conversation, ni d’une réalité visible d’emblée. La mise au travail dans le cadre de l’enquête, autour des outils radiophoniques et photographiques, est un moment riche pour l’observation. L’intérêt est de voir émerger un questionnement, de ne pas saisir une opinion, une représentation figée et parfois élaborée à la hâte devant la question posée, mais de saisir un processus de construction et de faire émerger une pensée originale, de documenter un savoir pratique.

Le panel des possibilités ouvertes permet d’adapter au fur et à mesure selon l’avancée du (ou des) groupe(s), entretiens individuels et collectifs, débats, paroles publiques et paroles intimes. La multiplication des traces audio et visuelles permet des retours et des corrections tout en maintenant existantes différentes phases de l’énonciation pour pouvoir les saisir dans l’analyse. Les supports favorisent la restitution au fil de la recherche, permettant de mettre en discussion des résultats partiels, de tester des hypothèses et par là d’enrichir le résultat final. Les traces audio et photographiques peuvent donner lieu à des diffusions publiques (radiodiffusées, exposées, publiées, diffusées dans un cercle restreint ou diffusé en public dans un lieu choisi), ces restitutions donnent alors l’occasion de nouvelles interventions. Les outils radiophoniques et photographiques permettent donc de ne pas enfermer la recherche dans un (ou des) groupe(s) restreint(s), mais à partir de celui-ci (ou de ceux-ci) de susciter des réactions et des interactions.

Un exemple : l’intervention autours du projet Toulouse Euro Sud Ouest[7]

Nous présentons ici les éléments d’une intervention qui nous sert de terrain d’expérimentation, inclue dans une ethnographie au long cours [Mariani, 2019] dans laquelle nous avons mis en place des moments de collaboration. Du fait de notre situation matérielle, la proposition se déploie dans une temporalité hachée, contrainte par le manque de moyens. Nous agissons au coup par coup, sans pouvoir nous y dédier de manière exclusive. Nous présenterons ici trois activités de recherche menées dans ce cadre. Celles-ci prennent place dans une zone concernée par le projet Toulouse Euro Sud Ouest (TESO) qui occasionne la plus importante destruction de bâti intramuros depuis les années 70. Ainsi, ce projet peut être compris comme le symptôme d’une accélération de la transformation urbaine marquée par une logique néo-libérale ainsi que d’un changement qualitatif par l’influence toujours plus grande du référentiel métropolitain.

Première activité de recherche : un « stage d’ethnographie urbaine », que nous annonçons sur internet et par le biais d’affiches et de tracts dans le quartier[8]. L’idée est de mettre les personnes en situation d’observation, de découverte de la zone, tout en amenant un certain nombre de techniques et d’approches pour les placer sur un temps court dans une dynamique de recherche. Nous accompagnons les personnes dans une exploration personnelle de la zone tout en leur fournissant des éléments théoriques pour saisir l’espace comme produit social. Nous réaliserons à la sortie de ce stage un rendu audio qui sera réutilisé dans une émission réalisée par nos soins.

Pour la seconde activité de recherche, nous avons construit une boîte, de la dimension d’un photomaton : un racontoir. Il s’agit d’une cabine que l’on peut démonter et transporter, aménagée comme l’intérieur d’un vieil appartement avec un banc, des coussins, des tableaux et un micro ; une ambiance intime pour accueillir des récits, une boîte pour que les passant.es nous racontent leurs histoires. Nous l’avons installée trois fois dans l’espace public.

Nous ne cherchons pas à collectionner des témoignages. Au-delà de l’analyse que nous pouvons en produire, ils sont surtout destinés à être écoutés, à être des supports de discussion, de débats. Les sons recueillis dans le racontoir, ceux produits lors du stage, et quelques autres, ont été mis en forme et ont donné lieu à un document audio[9], et des écoutes collectives dans le quartier. Plus que de la restitution, ces « activités de recherche » sont destinées à engendrer de nouvelles paroles, sur ou à partir des enregistrements. Il s’agit d’avoir de produire des situations où les personnes précisent et partages leurs questionnements.

Troisième et dernière activité de recherche réalisée sur cette séquence : deux séances d’écoute / discussion. Elles ont eu lieu dans des espaces bien connus et identifiés de la zone concernée par le projet. Nous avons fait le choix de leur laisser le soin de faire la diffusion. Les deux sont des lieux connaissant une forte activité culturelle. Le premier, un café associatif, ouvert depuis peu, le second une pizzeria implantée de longue date dans l’un des quartiers. La proposition consistait en une série d’extraits issus de nos différentes activités de recherches sur lesquelles nous appelions les personnes présentes à réagir. Dans les deux cas, nous réunissons une dizaine de personnes.

Ces différentes activités participent de la création d’une relation entre chercheur.es présent.es sur la zone et habitant.es. Nous nous visibilisons, mettons en débat des hypothèses, sans être le moteur d’une action particulière, nous participons de l’émulation naissante autours du projet en proposant des espaces d’échanges, en fabriquant une trace. Tout l’effort méthodologique se porte sur cette ambition de participer à la construction de discours collectifs qui ne soient pas séparés, ne produisent pas une extériorité — un discours sûr. Pour autant il n’est pas évident de venir poser un dispositif collaboratif là où la demande n’existe pas. C’est en quelque sorte une contradiction dans les termes, il s’agit ici plutôt d’un dispositif de participation. Nous avons mis en œuvre une proposition à partir de nos propres préoccupations et thématiques. Si nous constatons une réelle fabrication de liens et de partages, cela reste insuffisant pour éprouver la méthode.

Conclusion

Nous avons présenté ici, sous la dénomination d’intervention ethnographique collaborative, une tentative dont la visée est de participer à la construction d’une recherche profondément impliquée, c’est-à-dire soucieuse des implications qu’elle porte autant dans le cours de sa réalisation que dans les résultats qu’elle produit. Par conséquent, il s’agit de penser comment on s’y implique, ce que cela implique pour les personnes prises dans la relation d’enquête et ce que le savoir, les connaissances qui s’y fabriquent, peuvent avoir comme implications.

La méthode est à peine expérimentée, nous tâtonnons à chaque pas, nous nous efforçons d’écrire et de communiquer pour la mettre en ordre et en cohérence. Les premiers pas sur le terrain sont stimulants et nous cherchons à multiplier les espaces et les contextes où continuer à l’éprouver. L’objectif de ce texte est de soumettre nos ambitions à la critique, à la discussion avec nos pairs, mais pas seulement, et aussi à la recherche d’alllié.es pour mettre en place des tentatives concrètes de mise en œuvre de la méthode.


[1] Parce que toute inscription sociale implique un engagement, nous soulignons ici l’attention à ce qu’impliquent nos recherches et que celles-ci s’impliquent dans les réalités qu’elles traversent. Puisqu’il s’agit encore et toujours de transformer le monde, et non pas simplement de le comprendre. Voir le séminaire 2019 du groupe de travail sciences sociales et émancipations https://sse.hypotheses.org/780

[2] Plus d’information sur le blog sse.hyptoheses.org

[3] Cette méthode est restée marquée par un cadre théorique rigide et dense, et bien qu’elle ait évolué, elle est restée cantonnée à un cercle restreint de sociologues notamment du fait de son marquage théorique fort (impliquant une visée d’agir global discutable) et surtout une transmission difficile [Cousin et Rui, 2011].

[4] Cette dénomination désigne, en France et dans le monde, à la fois un champ d’intervention regroupant les initiatives éducatives des jeunes et des adultes qui se déroulent en dehors de l’école et des types d’éducation visant l’émancipation des classes laborieuses par des pédagogies critiques [Morvan, 2011]. C’est cette dernière qui est nommé ici, il s’agit pour nous d’assumer la part de transmission et d’enseignement dans nos démarches de recherches, et donc de prendre au sérieux les défis et les attentes qui se logent à cet endroit.

[5] Nous nommons « activité de recherche » des moment programmés dans le cadre de nos interventions. Elles font partie de la recherche et de l’ethnographie à long terme que nous menons et, en même temps, elles ont du sens en elle-même pour qui y participe. Si beaucoup prennent la forme d’atelier, ce terme ne permet pas de désigner l’ensemble des pratiques mises en place.

[6] L’écriture radiophonique désigne ici l’ensemble des modalités de la narration sonore à la fois des formes telles que le documentaire, le reportage, les vignettes, les chroniques et les agencements internes de ces narrations.

[7] Détaillé dans « À la recherche d’une méthode d’intervention ethnographique, prendre part à l’émergence de la contestation d’un grand projet urbain »  [Epstein et Mariani, 2019].

[8] Documenter la ville qui change : Atelier d’ethnographie urbaine. https://sse.hypotheses.org/196

[9] Intervention ethnographique #1 TESO. https://sse.hypotheses.org/880 Disponible ici et diffusée sur une radio libre locale dans le cadre d’une émission que nous co-animons.

Abélès Marc, 2014, Penser au-delà de l’État, Paris, France, Belin : Éd. de la Maison des sciences de l’homme, DL 2014.

Buob Baptiste, 2016, « Ce que la caméra peut faire (dire) aux techniques : la médiation cinématographique et le destinataire (trouble) du geste », Images du travail, travail des images.

Caouette Martin (dir.), 2012, Les enjeux méthodologiques des recherches participatives. Actes du Colloque de l’Assoication pour la recherche qualitative. 28 octobre 2011. Université du québec à Trois-Rivières, Québec, Association pour la recherche qualitative.

Collier John Jr, Collier Malcolm Carr, et Hall Edward Twitchell, 1986, Visual anthropology: photography as a research method, Albuquerque, Etats-Unis d’Amérique, University of New Mexico Press.

Cousin Olivier et Rui Sandrine, 2011, « La méthode de l’intervention sociologique », Revue française de science politique, vol. 61, n° 3 : 513‑532.

Dayer Caroline, Schurmans Marie-Noëlle, et Charmillot Maryvonne, 2014, La restitution des savoirs: Un impensé des sciences sociales ?, L’Harmattan.

Deleuze Gilles, 1990, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », L’autre journal, n° 1.

Epstein Ariela, Faya-Robles Alfonsina, et Mariani Américo, 2017, « Produire un espace habitable à l’université », in Jean-François Marcel et Dominique Broussal (dir.), Emancipation et recherche en éducation. Conditions de la rencontre entre science et militance, Vulaines-sur-Seine.

———, 2018, Penser le rôle des intellectuel.les dans les processus d’émancipation, Éditions l’ortieToulouse.

Epstein Ariela et Mariani Américo, 2019, « À la recherche d’une méthode d’intervention ethnographique, prendre part à l’émergence de la contestation d’un grand projet urbain. », Agencements, n° 4.

Lallier Christian, 2011, « L’observation filmante », L’Homme, vol. n°198-199, n° 2 : 105‑130.

Latour Bruno, 1993, « Le topofil de Boa Vista ou la référence scientifique–montage photophilosophique », Raison Pratique, n° 4 : 187‑216.

Marcus George, 2002, « Au-delà de Malinowski et après Writing Culture : à propos du futur de l’anthropologie culturelle et du malaise de l’ethnographie », ethnographiques.org, n° Numéro 1-avril 2002.

Mariani Américo, 2019, « Dans le brouillard du projet urbain. », https://www.espacestemps.net/.

Morvan Alexia, 2011, Pour une éducation populaire politique: à partir d’une recherche-action en Bretagne, Thèse de doctorat, Université de Paris VIII, France, 157 p.

Papinot Christian, 2013, « Erreurs, biais, perturbations de l’observateur et autres « mauvais génies » des sciences sociales », SociologieS.

Rouch Jean, Morin Edgar, et Piault Marc-Henri, 2009, Jean Rouch: cinéma et anthropologie, Paris, France, Cahiers du Cinéma.

Storup Bérangère, Millot Glen, et Beubauer Claudia, 2013, .

Touraine Alain, 1978, La voix et le regard, Paris, France, Éditions du Seuil, DL 1978.


Une réflexion sur « L’intervention ethnographique collaborative »

  1. Bonjour,
    Et bravo pour cette initiative.

    En début de commentaires, je vais devoir vous détromper sur la possibilité d’agir en solo dans le cadre d’une telle recherche. Mais c’est un processus produit à la fois empiriquement, et en dilettante (au début de ma recherche concernant mon sujet, je n’avais pas le bac, et ce n’est que trente ans plus tard que j’ai mon Master. J’aurai aussi souhaité poursuivre par un doctorat, mais je ne trouve pas de maître de thèse.) En réalité, et je vous rejoins sur ce point, la recherche en solitaire provoque des limitations que l’on dépasse plus rapidement en groupe. Mais les premiers anthropologues, ou les pionniers dans un champ de recherche sont souvent solitaires. Mon master est en art, mais ma pratique est intrinsèquement mêlée à l’anthropologie. Je tourne atour des mêmes problématiques que celles que vous énumérez, mais dans une autre source d’investigation. Mon cadre de recherche concernant les rites étudiants et les bizutages. J’ai pu constater de nombreux espaces laissés vides dans les aspects liés aux raisons des choses. Les experts en viennent à placer les affirmations des acteurs de terrain comme des messages inculqués et sans fondements.
    Dès lors, je pars du contrepied. Tout est sujet à observation. Le moindre document écrit, visuel produit (réseaux sociaux, affiches, cartes postales, sont des indices valables dans le cadre historique, juridique, et pourquoi pas en ethnologie, en sociologie?).
    Bien sûr, si je suis seul sur ma recherche, je reste très entouré de chercheurs de patrimoine culturel étudiant.
    Ma recherche, je la révèle sans avoir de laboratoire sur lequel m’appuyer. C’est dommage, mais c’est inspirant. Quand je produits, je fais avancer (j’espère) la recherche autour de mon cadre de recherches. L’art est juste une autre forme d’écriture. Par exemple, j’ai entamé un roman plastique qui évoque l’aspect sensible des choses. C’est un récit non conventionnel, dans lequel je raconte au travers d’objets, de documents auto-produits, amalgamés avec des sources réelles, les motivations au travers d’un rite factice, mais reprenant les praxis de ce qui fut rencontré. Cela permet en outre de préserver les acteurs de terrain qui pratiquent ces rites de toute “cancel culture”. Car il faut bien le dire, dans mon sujet, c’est un aspect non négligeable. L’histoire me sert aussi à établir des liens entre des choses que l’on pensait différentes. Par exemple, dans un pays, nous trouvons des légumineuses nommées aardappelen, et ailleurs, d’autres variétés de celles-ci seront nommées patates, pomme-de-terre, ect. Si en plus les methodes de preparation ont dissemblables, nous pourrions les classer différemment. C’est exactement ce qu’il se produit dans mon champ de compétence. Entre les deposito du moyen-âge, les rites de l’epoque d’Alexandre le grand en Macedoine, et la diversité de formes qui se prennent de nos jours au travers du monde, le problème que pose la violence bizutante n’est pas prêt d’etre réglé, si l’on s’en tient à la vision de Marcel Mauss sur le tout qui se reformera à partir d’une infime partie. Donc je vous entends, et vous explique mes propres démarches, pas si éloignées des vôtres.
    Si vous le désirez, je suis disponible aux échanges.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.