Archives par mot-clé : université

SSE: détours par le Rio de la Plata

Pour cette année 2017-18, le groupe de travail Sciences Sociales et Émancipations change de format. Nous organisons des ateliers et une table ronde à Montevideo en décembre 2017 dans le cadre du XXXI congrès de ALAS (Association Latino-Américaine de Sociologie). Nous allons travailler avec des collègues latinoaméricains les questions que nous avons développé tout au long du cycle précédent: le rôle des intellectuels dans les processus d’émancipations. Les ateliers nous permettront d’échanger sur nos pratiques et nos réalités et la table ronde permettra de faire un focus plus concret sur l’évolution des modalités d’exercices de nos métiers. Intitulé « Emancipar? Las ciencias sociales, del “salvacionismo” a la (auto)critica » cette table ronde  réunira:  Ma. Laura Bianciotto (UNR-Ishir/CONICET, Argentine); Jerónimo Díaz Marielle (Habitat International Coalition -HIC, Mexique) ; Daniel Veloso Hirata (UFF, Brésil) pour évoquer des situations particulières dans ces trois pays. Nous (A. Faya-Robles, A. Epstein et A. Mariani) amènerons notre expérience de la réalité française.

Continuer la lecture de SSE: détours par le Rio de la Plata

De la ZAD à l’université

Appel aux chercheur.euse.s

Nous relayons cet article, initialement paru sur le site expansive.info de Rennes, signé par des enseignant.e.s et/ou chercheur.euse.s, permanent.e.s et/ou précaires, nantais.es, dont les questionnements sont proches des nôtres : comment avoir part dans les bouleversements du monde en questionnant nos pratiques et nos professions?

Nous sommes investi.e.s depuis plusieurs années dans la lutte contre l’aéroport et son monde, sous diverses formes et modes d’actions. Aujourd’hui, nous souhaitons penser cette lutte en tant qu’enseignant.e.s – chercheur.euse.s. Bien sûr, il ne s’agit pas d’arriver dans la lutte avec notre bagage de connaissances et de méthodes universitaires, et de nous accaparer l’ensemble des recherches et expérimentations en cours dans et autour de la Z.A.D. Au contraire, nous voulons étendre notre réflexion et nos actes de résistances à la pratique de notre métier, pour le moment ancré dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR).

Une communauté sans avenir ?

Nous constatons le manque criant de perspectives politiques des luttes universitaires de ces dernières années. Souvent dictées par l’agenda des réformes gouvernementales, elles se limitent principalement à demander plus (ou une répartition différente) de moyens. Le monde de la recherche reste ainsi convaincu de son rôle central dans les « défis sociétaux » à venir, alors qu’il est à nos yeux beaucoup plus un problème qu’une solution. Au contraire pour nous, son système sous-jacent de pensée morcelle dangereusement le réel, et doit donc être attaqué. Par extension, l’ESR en tant que communauté s’est totalement désagrégé, condamnant souvent l’ensemble de ses personnels au mieux à une résignation indifférente, au pire à une concurrence revendiquée.

Continuer la lecture de De la ZAD à l’université

De quelques initiatives universitaires et para-universitaire #1

Parce que chercher de nouvelles armes c’est aussi s’intéresser à toutes les initiatives qui promeuvent une autre façon de pratiquer les sciences sociales, ceci est une rubrique qui va prendre le temps d’en présenter quelques-unes, histoire de débarbouiller l’horizon des possibles. Il n’y a pas de volonté d’évaluation des initiatives, ni de hiérarchisation, mais une simple présentation pour que chacun.e puisse se faire son avis en allant y jeter un œil. Il y a de très nombreuses initiatives, il est impossible de les décrire toutes. Pour ce premier billet nous allons faire un tour d’horizon d’expériences très diverses, issues du champ académique.

Continuer la lecture de De quelques initiatives universitaires et para-universitaire #1

Je sers la science et c’est ma joie

Les textes traitants des désillusions, souffrances et difficultés lié à l’université sont nombreux. Celui-ci l’université ce partenaire abusif montre bien l’ambivalence amour/haine qui fait souvent la relation des jeunes chercheur.e.s avec l’université.
FIN
Sur la précarité du monde de la recherche, je vois aussi autour de moi des gens qui ont achevé leur doctorat et qui recherchent un emploi à l’université ( J’arrive à la fin de ma thèse et je suis au Québec). J’en viens à me dire, en nous observant courir après des petits boulots de recherche mal payés que ces recherches d’emploi s’apparentent à des relations abusives.
L’Université, lieu où on a passé plusieurs années de nos vie, institution dans laquelle on a investi du temps mais également des tas de choses émotionnelles, prend la forme vers la fin de la thèse, et plus encore après, d’un partenaire maltraitant. L’Université vous a accueilli en vous disant que vous étiez le/la meilleur.e. Quelqu’un de brillant avec pleins de possibilités, et qu’elle était chanceuse de vous voir entamer votre programme de doctorat en son sein. (et hop, vous voilà amoureux/se)

Continuer la lecture de Je sers la science et c’est ma joie