Archives par mot-clé : programme

Se mouvoir / s’émouvoir

Pour la quatrième séance du séminaire Sciences sociales et émancipations, nous voulons prendre le temps de creuser des pistes qui déplaceraient nos manières de faire: se mettre en collectif, faire collectif à l’université. Après avoir effectué un travail sur nos situations, il nous semblait important de donner de l’espace à des perspectives communes pour continuer. Les prises de position nous semblent indissociables d’une pratique du collectif et d’une pratique collective. Nous vous proposons, pour la séance à venir du 10 février, de 13h30 à 17h, en salle E 323, des arpentages autours de 3 textes :

Collectif Onze. Enquêter, écrire et publier en collectif, ethnographiques.org, Numéro 32 – Enquêtes collectives [en ligne]. http://www.ethnographiques.org/../2016/Onze

Collectif Candela. Comment vit un « orchestre sans chef » ? Retour sur une enquête collective, ethnographiques.org, Numéro 32 – Enquêtes collectives [en ligne]. http://www.ethnographiques.org/../2016/Candela

A. Epstein, A. Faya, A. Mariani, Contre l’angoisse produire un espace habitable à l’université, in Emancipation et recherche en éducation, conditions de la rencontre entre science et militance, Jean-François Marcel et Dominique Broussal (dir.), à paraître automne 2017

2016-2017 Demandez le programme

Que les sciences sociales se mêlent d’émancipation, personne ne s’en étonnera. Nous avons choisi de questionner cette évidence. Pour penser les liens entre travail intellectuel et émancipations, nous proposons un décalage: partir de notre situation de chercheur.e.s et enseignant.e.s du supérieur. Ne pas partir de l’évidence que notre travail est forcément un adjuvant nécessaire aux processus d’émancipation, nous a amené à renverser le miroir et à nous questionner. Comment se construisent nos postures intellectuelles? Quels enjeux epistemologiques et politiques traversent nos recherches et enseignements? Dans quelle situation matérielle travaillonsnous? Dans quels rapports de pouvoir sommes nous pris.e.s? 
Nous nous proposons de travailler autours de ces questions en trois moments:
Se situer et prendre position. Il s’agit de prendre acte d’une réalité: nous sommes vivant.e.s et par là intrinsèquement des corps situés et situés socialement. C‘est depuis cette corporalité sociale que nous écrivons, donnons un cours, presentons nos recherches, etc. Nous sommes sur terre, il n’y a pas d’issues… et nous prenons part à des institutions desquelles nous ne voulons pas partir. La science se donne à voir comme construite par des prises de distance, par des mises à l’écart des affects, par l’objectivation de ce qui nous lie au monde. Notre postulat épistémologique et politique sera de partir de ce qui nous meut et nous émeute dans notre travail, car s’émouvoir est le premier pas pour se mouvoir, se mettre en marche et chercher de nouveaux outils pour une praxis émancipatrice.  Il sera question d’interroger notre propre réalité quotidienne, prosaïque, notre travail de recherche et d’enseignement, de transmission et d’intervention. Comment, à partir de là, poser la question des émancipations comme une pratique concrète, différente à la fois de la fuite hors de l’institution et/ou de la posture du « bon rebelle ». Cela nous mènera à l’inévitable question de devoir faire avec la conflictualité inhérente à tout processus d’émancipation. 
Comme à notre habitude nous forcerons les postures et les routines académiques par des pratiques d’écritures collective et des dynamiques de discussion issue de l’éducation populaire. Toutes les séances ont lieu sur le campus du Mirail de l’université Toulouse 2.
Emancipations et travail intellectuel
vendredi 2 décembre
Salle GS 134 (Olympe de Gouges)
13h30-17h
Se situer / prendre position
vendredi 16 décembre
Salle F423 (nvlle MDR)
13h30-17h
vendredi 20 janvier
Salle E323 (nvlle MDR)
13h30-17h
S’émouvoir / se mouvoir
vendredi 10 février
Salle E323 (nvlle MDR)
13h30-17h
Vendredi 17 mars
Salle F423 (nvlle MDR)
13h30-17h
Faire avec la conflictualité
vendredi 21 Avril
Salle E323 (nvlle MDR)
13h30-17h
 sse-net-2016-2017

Résumé des épisodes précédents

 

Jusqu’à présent, notre programme c’est construit d’une séance à l’autre, à coups de doodle pour les dates et de contenus discutés au fur et à mesure. Après coup, nous pouvons donc livrer le programme des séances passées, pour mémoire et, pour qui voudrait prendre le train en route, en savoir un peu plus sur le genre de choses qu’on fait dans ce groupe de travail…

 
2 février 2015 : lecture, sous forme d’arpentage[1], de J. Rancière, Le philosophe et ses pauvres, Paris, Flammarion, 2010.

19 mars 2015 : séance d’expérimentation de la technique de l’ « Entraînement mental », autours de situations insatisfaisantes à l’université.

2 avril 2015 : arpentage de Paulo Freire, Pédagogie de l’opprimé, Paris, Maspero, 1982.

17 avril: 2015 : Suite de la séance d’entraînement mental.

3 juin: 2015 : Intervention et discussion « La recherche action à partir d’une expérience concrète », avec Françoise Guillemot et Krystel Odobet. Retour sur 20 ans d’une recherche-action au sein de Griselidis et Cabiria, deux associations de personnes prostituées.

25 juin 2015 : « Outils de l’Éducation populaire ». Intervention et discussion avec deux membres de la scoop d’éducation populaire Vent debout.

9 octobre 2015 : arpentage de J. Rancière, Le spectateur émancipé, Paris, la Fabrique, 2008.

4 décembre 2015 : séance dédiée au théâtre de l’opprimé avec Marie Carrère et Myriam Cheklab.

8 janvier 2016 : séance autour des problématiques liées à l’enseignement. Présentation de situations concrètes problématiques et travail en commun sur des éléments de résolutions.

22 mars 2016 : arpentage de F. Fanon, Les damnés de la terre, Paris, F. Maspero, 1968, 1968.

14 mai 2016 : Atelier « Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire des intellectuels et de leurs productions? Débat mouvementé sur l’usage des savoirs dans les émancipations » dans le cadre du festival d’éducation populaire Le vent se lève, à l’espace Job les 13,14 et 15 mai.

 

[1] L’arpentage est une méthode de lecture issue de l’éducation populaire qui consiste à se partager un livre pour le lire à plusieurs sur une période de temps de quelques heures. Le résultat final est plus une image subjective du livre, fabriquée par le groupe qui s’en empare, qu’une lecture au sens classique.