Archives par mot-clé : intellectuel.le.s

De la ZAD à l’université

Appel aux chercheur.euse.s

Nous relayons cet article, initialement paru sur le site expansive.info de Rennes, signé par des enseignant.e.s et/ou chercheur.euse.s, permanent.e.s et/ou précaires, nantais.es, dont les questionnements sont proches des nôtres : comment avoir part dans les bouleversements du monde en questionnant nos pratiques et nos professions?

Nous sommes investi.e.s depuis plusieurs années dans la lutte contre l’aéroport et son monde, sous diverses formes et modes d’actions. Aujourd’hui, nous souhaitons penser cette lutte en tant qu’enseignant.e.s – chercheur.euse.s. Bien sûr, il ne s’agit pas d’arriver dans la lutte avec notre bagage de connaissances et de méthodes universitaires, et de nous accaparer l’ensemble des recherches et expérimentations en cours dans et autour de la Z.A.D. Au contraire, nous voulons étendre notre réflexion et nos actes de résistances à la pratique de notre métier, pour le moment ancré dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR).

Une communauté sans avenir ?

Nous constatons le manque criant de perspectives politiques des luttes universitaires de ces dernières années. Souvent dictées par l’agenda des réformes gouvernementales, elles se limitent principalement à demander plus (ou une répartition différente) de moyens. Le monde de la recherche reste ainsi convaincu de son rôle central dans les « défis sociétaux » à venir, alors qu’il est à nos yeux beaucoup plus un problème qu’une solution. Au contraire pour nous, son système sous-jacent de pensée morcelle dangereusement le réel, et doit donc être attaqué. Par extension, l’ESR en tant que communauté s’est totalement désagrégé, condamnant souvent l’ensemble de ses personnels au mieux à une résignation indifférente, au pire à une concurrence revendiquée.

Continuer la lecture de De la ZAD à l’université

Se situer/prendre position

Après une première séance où nous avons pu poser quelques jalons d’une réflexion générale sur les émancipations et la classe intellectuelle, nous avons ouvert, ce vendredi 16 décembre, le chantier épineux de notre propre situation…
Deux courts textes nous ont servi d’appuis à une réflexion que nous avons ensuite cherché à ancrer dans nos réalités, à travers l’exercice « petite histoire/grande Histoire ».

Ces textes sont:

Martin Nicolaus, « La révolte des chercheurs américains « radical caucuses », extrait du livre de R. Lourau, Le gai savoir des sociologues, 1977.

Anne-Marie Devreux, « Féminisme et syndicalisme: peut-on objectiver le savoir militant ? » in Delphine Naudier et Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagement, éd. La découverte, Paris, 2011, pp. 62-79.

Outil de l’éducation populaire politique, l’exercice de la petite histoire/grande histoire nous a permis de dessiner une  frise historique de moments de prises de conscience, d’assignation à une place, de changement de position, de ruptures épistémologies… Son analyse sera l’objet de la prochaine séance.

Cette prochaine séance aura lieu le vendredi 20 janvier 2017 à la Maison de la recherche sur le campus du Mirail à Toulouse. Salle E323 (aile E 3 ème étage) de 13h30 à 17h.

De l’utilité du travail intellectuel

L’enfer des vivants n’est pas chose à venir ; s’il y en a un, c’est celui qui est déjà là, l’enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d’être ensemble. Il y a deux façons de ne pas souffrir. La première réussi aisément à la plupart : accepter l’enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage, continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi au milieu de l’enfer, n’est pas l’enfer, et le faire durer et lui faire de la place. Italo Calvino, Les Villes Invisibles.

Ce texte de travail nous sert d’introduction pour le cycle de séminaires avec les textes de C. Delphy :  Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles. Et J.P Garnier Voies et moyens pour le retour d’une pensée critique « radicale » de l’urbain. Nous vous invitons à les lire avant la séances du 2 décembre.

La question de l’utilité du travail intellectuel est minée, principalement parce qu’elle est la marque de la recherche de fins utiles, qui est le propre d’un monde tourné vers la performance et l’accroissement du profit. Ainsi, cette réflexion sur l’utilité est souvent présentée de manière polarisée entre, d’un côté, une réflexion mesurant l’adéquation du travail intellectuel à l’économie marchande et, de l’autre, ce travail considéré comme activité gratuite nécessaire justement par son inutilité immédiate. Enfin, certain.e.s diront que c’est l’absence de but, la visée pure de connaissance fondamentale, qui justement peut déboucher sur des bénéfices, même si cela n’est pas mesurable. Ainsi dire « à quoi ça sert tout ça ?» peut rapidement être assimilé à une attaque en règle contre la liberté et l’indépendance de la recherche.

Nous proposons ici de quitter ces repères et de dessiner un autre espace de réflexion autour de la question de l’utilité. Comment les connaissances et les savoirs peuvent être utiles à des processus d’émancipation ? Et, question complémentaire, comment les personnes qui travaillent à produire ces connaissances et à mettre en ordre ces savoirs peuvent-elles prendre part à des luttes d’émancipation ?

Il se pourrait que réintroduire dans nos réflexions la question utilitariste de nos productions et de nos activités, puisse nous amener à penser à la fois les modalités d’une intervention dans les luttes d’émancipation et une émancipation de la fonction de « fonctionnaire des superstructures » pour reprendre l’expression de A. Gramsci. Cette réflexion, située, est tout autant une question pratique touchant à nos conditions de travail, qu’une question épistémologique touchant aux formes et aux contenus des savoirs et des connaissances que nous produisons. Il nous semble également important d’appréhender, dans ces deux dimensions, la question de la transmission, entendue à la fois comme enseignement et comme restitution.

Continuer la lecture de De l’utilité du travail intellectuel