Archives par mot-clé : angoisses

De l’utilité du travail intellectuel

L’enfer des vivants n’est pas chose à venir ; s’il y en a un, c’est celui qui est déjà là, l’enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d’être ensemble. Il y a deux façons de ne pas souffrir. La première réussi aisément à la plupart : accepter l’enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage, continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi au milieu de l’enfer, n’est pas l’enfer, et le faire durer et lui faire de la place. Italo Calvino, Les Villes Invisibles.

Ce texte de travail nous sert d’introduction pour le cycle de séminaires avec les textes de C. Delphy :  Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles. Et J.P Garnier Voies et moyens pour le retour d’une pensée critique « radicale » de l’urbain. Nous vous invitons à les lire avant la séances du 2 décembre.

La question de l’utilité du travail intellectuel est minée, principalement parce qu’elle est la marque de la recherche de fins utiles, qui est le propre d’un monde tourné vers la performance et l’accroissement du profit. Ainsi, cette réflexion sur l’utilité est souvent présentée de manière polarisée entre, d’un côté, une réflexion mesurant l’adéquation du travail intellectuel à l’économie marchande et, de l’autre, ce travail considéré comme activité gratuite nécessaire justement par son inutilité immédiate. Enfin, certain.e.s diront que c’est l’absence de but, la visée pure de connaissance fondamentale, qui justement peut déboucher sur des bénéfices, même si cela n’est pas mesurable. Ainsi dire « à quoi ça sert tout ça ?» peut rapidement être assimilé à une attaque en règle contre la liberté et l’indépendance de la recherche.

Nous proposons ici de quitter ces repères et de dessiner un autre espace de réflexion autour de la question de l’utilité. Comment les connaissances et les savoirs peuvent être utiles à des processus d’émancipation ? Et, question complémentaire, comment les personnes qui travaillent à produire ces connaissances et à mettre en ordre ces savoirs peuvent-elles prendre part à des luttes d’émancipation ?

Il se pourrait que réintroduire dans nos réflexions la question utilitariste de nos productions et de nos activités, puisse nous amener à penser à la fois les modalités d’une intervention dans les luttes d’émancipation et une émancipation de la fonction de « fonctionnaire des superstructures » pour reprendre l’expression de A. Gramsci. Cette réflexion, située, est tout autant une question pratique touchant à nos conditions de travail, qu’une question épistémologique touchant aux formes et aux contenus des savoirs et des connaissances que nous produisons. Il nous semble également important d’appréhender, dans ces deux dimensions, la question de la transmission, entendue à la fois comme enseignement et comme restitution.

Continuer la lecture de De l’utilité du travail intellectuel

Je sers la science et c’est ma joie

Les textes traitants des désillusions, souffrances et difficultés lié à l’université sont nombreux. Celui-ci l’université ce partenaire abusif montre bien l’ambivalence amour/haine qui fait souvent la relation des jeunes chercheur.e.s avec l’université.
FIN
Sur la précarité du monde de la recherche, je vois aussi autour de moi des gens qui ont achevé leur doctorat et qui recherchent un emploi à l’université ( J’arrive à la fin de ma thèse et je suis au Québec). J’en viens à me dire, en nous observant courir après des petits boulots de recherche mal payés que ces recherches d’emploi s’apparentent à des relations abusives.
L’Université, lieu où on a passé plusieurs années de nos vie, institution dans laquelle on a investi du temps mais également des tas de choses émotionnelles, prend la forme vers la fin de la thèse, et plus encore après, d’un partenaire maltraitant. L’Université vous a accueilli en vous disant que vous étiez le/la meilleur.e. Quelqu’un de brillant avec pleins de possibilités, et qu’elle était chanceuse de vous voir entamer votre programme de doctorat en son sein. (et hop, vous voilà amoureux/se)

Continuer la lecture de Je sers la science et c’est ma joie