Tous les articles par Ariela Epstein

De la ZAD à l’université

Appel aux chercheur.euse.s

Nous relayons cet article, initialement paru sur le site expansive.info de Rennes, signé par des enseignant.e.s et/ou chercheur.euse.s, permanent.e.s et/ou précaires, nantais.es, dont les questionnements sont proches des nôtres : comment avoir part dans les bouleversements du monde en questionnant nos pratiques et nos professions?

Nous sommes investi.e.s depuis plusieurs années dans la lutte contre l’aéroport et son monde, sous diverses formes et modes d’actions. Aujourd’hui, nous souhaitons penser cette lutte en tant qu’enseignant.e.s – chercheur.euse.s. Bien sûr, il ne s’agit pas d’arriver dans la lutte avec notre bagage de connaissances et de méthodes universitaires, et de nous accaparer l’ensemble des recherches et expérimentations en cours dans et autour de la Z.A.D. Au contraire, nous voulons étendre notre réflexion et nos actes de résistances à la pratique de notre métier, pour le moment ancré dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR).

Une communauté sans avenir ?

Nous constatons le manque criant de perspectives politiques des luttes universitaires de ces dernières années. Souvent dictées par l’agenda des réformes gouvernementales, elles se limitent principalement à demander plus (ou une répartition différente) de moyens. Le monde de la recherche reste ainsi convaincu de son rôle central dans les « défis sociétaux » à venir, alors qu’il est à nos yeux beaucoup plus un problème qu’une solution. Au contraire pour nous, son système sous-jacent de pensée morcelle dangereusement le réel, et doit donc être attaqué. Par extension, l’ESR en tant que communauté s’est totalement désagrégé, condamnant souvent l’ensemble de ses personnels au mieux à une résignation indifférente, au pire à une concurrence revendiquée.

Continuer la lecture de De la ZAD à l’université

Se situer/prendre position

Après une première séance où nous avons pu poser quelques jalons d’une réflexion générale sur les émancipations et la classe intellectuelle, nous avons ouvert, ce vendredi 16 décembre, le chantier épineux de notre propre situation…
Deux courts textes nous ont servi d’appuis à une réflexion que nous avons ensuite cherché à ancrer dans nos réalités, à travers l’exercice « petite histoire/grande Histoire ».

Ces textes sont:

Martin Nicolaus, « La révolte des chercheurs américains « radical caucuses », extrait du livre de R. Lourau, Le gai savoir des sociologues, 1977.

Anne-Marie Devreux, « Féminisme et syndicalisme: peut-on objectiver le savoir militant ? » in Delphine Naudier et Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagement, éd. La découverte, Paris, 2011, pp. 62-79.

Outil de l’éducation populaire politique, l’exercice de la petite histoire/grande histoire nous a permis de dessiner une  frise historique de moments de prises de conscience, d’assignation à une place, de changement de position, de ruptures épistémologies… Son analyse sera l’objet de la prochaine séance.

Cette prochaine séance aura lieu le vendredi 20 janvier 2017 à la Maison de la recherche sur le campus du Mirail à Toulouse. Salle E323 (aile E 3 ème étage) de 13h30 à 17h.

Résumé des épisodes précédents

 

Jusqu’à présent, notre programme c’est construit d’une séance à l’autre, à coups de doodle pour les dates et de contenus discutés au fur et à mesure. Après coup, nous pouvons donc livrer le programme des séances passées, pour mémoire et, pour qui voudrait prendre le train en route, en savoir un peu plus sur le genre de choses qu’on fait dans ce groupe de travail…

 
2 février 2015 : lecture, sous forme d’arpentage[1], de J. Rancière, Le philosophe et ses pauvres, Paris, Flammarion, 2010.

19 mars 2015 : séance d’expérimentation de la technique de l’ « Entraînement mental », autours de situations insatisfaisantes à l’université.

2 avril 2015 : arpentage de Paulo Freire, Pédagogie de l’opprimé, Paris, Maspero, 1982.

17 avril: 2015 : Suite de la séance d’entraînement mental.

3 juin: 2015 : Intervention et discussion « La recherche action à partir d’une expérience concrète », avec Françoise Guillemot et Krystel Odobet. Retour sur 20 ans d’une recherche-action au sein de Griselidis et Cabiria, deux associations de personnes prostituées.

25 juin 2015 : « Outils de l’Éducation populaire ». Intervention et discussion avec deux membres de la scoop d’éducation populaire Vent debout.

9 octobre 2015 : arpentage de J. Rancière, Le spectateur émancipé, Paris, la Fabrique, 2008.

4 décembre 2015 : séance dédiée au théâtre de l’opprimé avec Marie Carrère et Myriam Cheklab.

8 janvier 2016 : séance autour des problématiques liées à l’enseignement. Présentation de situations concrètes problématiques et travail en commun sur des éléments de résolutions.

22 mars 2016 : arpentage de F. Fanon, Les damnés de la terre, Paris, F. Maspero, 1968, 1968.

14 mai 2016 : Atelier « Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire des intellectuels et de leurs productions? Débat mouvementé sur l’usage des savoirs dans les émancipations » dans le cadre du festival d’éducation populaire Le vent se lève, à l’espace Job les 13,14 et 15 mai.

 

[1] L’arpentage est une méthode de lecture issue de l’éducation populaire qui consiste à se partager un livre pour le lire à plusieurs sur une période de temps de quelques heures. Le résultat final est plus une image subjective du livre, fabriquée par le groupe qui s’en empare, qu’une lecture au sens classique.

 

Sciences sociales et émancipations

Le Groupe de Travail Sciences Sociales et Emancipations (SSE) existe depuis février 2015. Il vise à poser la question de la place des intellectuel.le.s et du travail intellectuel dans la société, des possibles ouvertures de l’université, et de la pensée que nous produisons. Ce groupe de travail prend la forme de discussions concernant le rôle des sciences sociales dans ces logiques d’émancipation/libération, en les liant de manière pratique avec la question de l’enseignement, celle de la recherche et de ses méthodologies, celles de la restitution de nos résultats, de nos investissements dans le monde qui nous entoure. Il nous a semblé urgent, dans un monde en crise, de comprendre en quoi celui-ci affecte nos métiers et nos « productions », et de construire des pratiques de recherche et d’enseignement basées sur le collectif, l’égalité et la non-reproduction de modèles de dominations qui sclérosent aujourd’hui l’université. Nous travaillons sur diverses approches théoriques issues des sciences sociales autour de cette problématique large, que nous résumons par cette tension entre critique sociale et émancipation, mais qui pourrait se dédoubler dans d’autres termes : aliénation/libération, tutelle/autonomie, résignation/insurrection, etc. Ce groupe se veut transdisciplinaire et il a réuni jusqu’ici des personnes issues de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences de l’éducation, des études artistiques et théâtrale et des personnes n’appartenant pas au monde universitaire. Plus concrètement, il s’agit d’une série de rencontres, pouvant prendre la forme de lectures collectives (suivant la méthodologie de l’arpentage), de discussions ou d’autres modes d’échanges issues de l’éducation populaire. De s’attaquer aux inégalités entre « ceux qui savent » et « ceux qui ne savent pas » et favoriser la rencontre, la désingularisation de la pensée et l’émergence de nouvelles pratiques. Ce carnet hypothèse a pour but de visibiliser le GT et le travail que nous y menons, de partager nos « résultats » sous formes de compte-rendus de séances et d’autres textes produits individuellement ou en groupe.