Tous les articles par Américo Mariani

SSE: détours par le Rio de la Plata

Pour cette année 2017-18, le groupe de travail Sciences Sociales et Émancipations change de format. Nous organisons des ateliers et une table ronde à Montevideo en décembre 2017 dans le cadre du XXXI congrès de ALAS (Association Latino-Américaine de Sociologie). Nous allons travailler avec des collègues latinoaméricains les questions que nous avons développé tout au long du cycle précédent: le rôle des intellectuels dans les processus d’émancipations. Les ateliers nous permettront d’échanger sur nos pratiques et nos réalités et la table ronde permettra de faire un focus plus concret sur l’évolution des modalités d’exercices de nos métiers. Intitulé « Emancipar? Las ciencias sociales, del “salvacionismo” a la (auto)critica » cette table ronde  réunira:  Ma. Laura Bianciotto (UNR-Ishir/CONICET, Argentine); Jerónimo Díaz Marielle (Habitat International Coalition -HIC, Mexique) ; Daniel Veloso Hirata (UFF, Brésil) pour évoquer des situations particulières dans ces trois pays. Nous (A. Faya-Robles, A. Epstein et A. Mariani) amènerons notre expérience de la réalité française.

Continuer la lecture de SSE: détours par le Rio de la Plata

Instruction pour bien boire le maté

Sous des cieux peu propices à la rêverie et aux causeries tardives, il est parfois difficile de trouver des personnes qui partagent les us et coutumes des bords du Rio de la Plata et que, pour des raisons qu’il serait trop long de déployer ici, nous avons à cœur de faire vivre au sein du GT Sciences Sociales et Émancipations. Ainsi, arriver avec une calebasse remplie d’herbe, une paille en métal et un thermos d’eau chaude laisse parfois perplexe nos contemporains. L’incompréhension se fait plus intense encore lorsque l’assistance s’aperçoit que les pratiques entourant l’objet confinent à la maniaquerie et que chaque faux pas déclenche des cris étranglés et des crissements de dents angoissés. Pour pallier aux malaises voici quelques explications pour « bien boire le maté ».

Continuer la lecture de Instruction pour bien boire le maté

Se mouvoir / s’émouvoir

Pour la quatrième séance du séminaire Sciences sociales et émancipations, nous voulons prendre le temps de creuser des pistes qui déplaceraient nos manières de faire: se mettre en collectif, faire collectif à l’université. Après avoir effectué un travail sur nos situations, il nous semblait important de donner de l’espace à des perspectives communes pour continuer. Les prises de position nous semblent indissociables d’une pratique du collectif et d’une pratique collective. Nous vous proposons, pour la séance à venir du 10 février, de 13h30 à 17h, en salle E 323, des arpentages autours de 3 textes :

Collectif Onze. Enquêter, écrire et publier en collectif, ethnographiques.org, Numéro 32 – Enquêtes collectives [en ligne]. http://www.ethnographiques.org/../2016/Onze

Collectif Candela. Comment vit un « orchestre sans chef » ? Retour sur une enquête collective, ethnographiques.org, Numéro 32 – Enquêtes collectives [en ligne]. http://www.ethnographiques.org/../2016/Candela

A. Epstein, A. Faya, A. Mariani, Contre l’angoisse produire un espace habitable à l’université, in Emancipation et recherche en éducation, conditions de la rencontre entre science et militance, Jean-François Marcel et Dominique Broussal (dir.), à paraître automne 2017

Arpentage de Paolo Freire : Pédagogie des opprimés.

Une sorte de compte rendu de l'arpentage de Paulo Freire « Pédagogie des opprimés », le jeudi 2 avril 2015. Collage de mots et de phrases, cadavre exquis en guise de photographie sensible de la réception d'un livre.

Nous restituons ici un compte rendu d’arpentage effectué l’année dernière.

Accéder au fichier pdf du compte rendu.

Tout chercheur véritable sait que la prétendue neutralité de la science, d’où découlent la non moins fameuse impartialité du scientifique et sa criminelle indifférence à l’utilisation de ses découvertes, n’est qu’un des mythes nécessaires aux classes dominantes. p. 190

Il ne s’agit pas de narrer la réalité, mais de chercher à la transformer.

Question sur la tache des partis politique. Passer d’être une « classe en soi » à une « classe pour soi ».

Dans le fait que les rapports entre le parti révolutionnaire et les classes opprimées ne sont pas la relation entre un pôle porteur d’une conscience historique et un autre, vide de conscience ou porteur d’une « conscience vide ».

Là encore, c’est le même problème qu’avec les scientifique, les professeurs, toutes les « avant-gardes » où on est plus dans le transfert d’informations que dans la construction d’actions communes. C’est là qu’il faut sortir de la relation sujet-objet, théorie-pratique, etc.

Pour lui, ce qu’il faut c’est atteindre une « conscience de classe » qui « exige une pratique de classe qui, à son tour, engendre une connaissance au service des intérêts de classe » (p 195). « Cette connaissance ne se transmet pas: elle se crée dans et par l’action sur la réalité ».

Le problème à dépasser est alors la méthode des avant-gardes révolutionnaires qui, le plus souvent, ne font que répéter des modes de domination.

[Note des clavistes] Sans vouloir conclure quelques interrogations après avoir un peu manipulé le texte :

Une sorte de malaise court tout au long du compte rendu. Quelle est la position de Paulo Freire vis à vis de ses « masses », ce « peuple » dont il parle tant. Comme une sorte de paternalisme déplacé qui en voulant défaire la domination la reconduit sans cesse. La présence de figure de sauveur, d’unité abstraite « leader », « masse », « opprimé » etc… qui ne donne pas prise à une visualisation fine des situations.

Avons-nous eu le temps de penser nos propres interventions / recherches / militances / enseignement… A l’aune de ces préoccupations ? Pourrions-nous aujourd’hui encore penser un protocole de recherche qui sans tomber dans l’illusion d’une égalité préalable ne nous mettrait pas dans ce « paternalisme » ? Qui sommes nous en terme objectif de classe ? Est-ce que nous pouvons repartir de ce point de départ ? Devons-nous en trouvez un autre ?

 

De l’utilité du travail intellectuel

L’enfer des vivants n’est pas chose à venir ; s’il y en a un, c’est celui qui est déjà là, l’enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d’être ensemble. Il y a deux façons de ne pas souffrir. La première réussi aisément à la plupart : accepter l’enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage, continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi au milieu de l’enfer, n’est pas l’enfer, et le faire durer et lui faire de la place. Italo Calvino, Les Villes Invisibles.

Ce texte de travail nous sert d’introduction pour le cycle de séminaires avec les textes de C. Delphy :  Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles. Et J.P Garnier Voies et moyens pour le retour d’une pensée critique « radicale » de l’urbain. Nous vous invitons à les lire avant la séances du 2 décembre.

La question de l’utilité du travail intellectuel est minée, principalement parce qu’elle est la marque de la recherche de fins utiles, qui est le propre d’un monde tourné vers la performance et l’accroissement du profit. Ainsi, cette réflexion sur l’utilité est souvent présentée de manière polarisée entre, d’un côté, une réflexion mesurant l’adéquation du travail intellectuel à l’économie marchande et, de l’autre, ce travail considéré comme activité gratuite nécessaire justement par son inutilité immédiate. Enfin, certain.e.s diront que c’est l’absence de but, la visée pure de connaissance fondamentale, qui justement peut déboucher sur des bénéfices, même si cela n’est pas mesurable. Ainsi dire « à quoi ça sert tout ça ?» peut rapidement être assimilé à une attaque en règle contre la liberté et l’indépendance de la recherche.

Nous proposons ici de quitter ces repères et de dessiner un autre espace de réflexion autour de la question de l’utilité. Comment les connaissances et les savoirs peuvent être utiles à des processus d’émancipation ? Et, question complémentaire, comment les personnes qui travaillent à produire ces connaissances et à mettre en ordre ces savoirs peuvent-elles prendre part à des luttes d’émancipation ?

Il se pourrait que réintroduire dans nos réflexions la question utilitariste de nos productions et de nos activités, puisse nous amener à penser à la fois les modalités d’une intervention dans les luttes d’émancipation et une émancipation de la fonction de « fonctionnaire des superstructures » pour reprendre l’expression de A. Gramsci. Cette réflexion, située, est tout autant une question pratique touchant à nos conditions de travail, qu’une question épistémologique touchant aux formes et aux contenus des savoirs et des connaissances que nous produisons. Il nous semble également important d’appréhender, dans ces deux dimensions, la question de la transmission, entendue à la fois comme enseignement et comme restitution.

Continuer la lecture de De l’utilité du travail intellectuel

De quelques initiatives universitaires et para-universitaire #1

Parce que chercher de nouvelles armes c’est aussi s’intéresser à toutes les initiatives qui promeuvent une autre façon de pratiquer les sciences sociales, ceci est une rubrique qui va prendre le temps d’en présenter quelques-unes, histoire de débarbouiller l’horizon des possibles. Il n’y a pas de volonté d’évaluation des initiatives, ni de hiérarchisation, mais une simple présentation pour que chacun.e puisse se faire son avis en allant y jeter un œil. Il y a de très nombreuses initiatives, il est impossible de les décrire toutes. Pour ce premier billet nous allons faire un tour d’horizon d’expériences très diverses, issues du champ académique.

Continuer la lecture de De quelques initiatives universitaires et para-universitaire #1

2016-2017 Demandez le programme

Que les sciences sociales se mêlent d’émancipation, personne ne s’en étonnera. Nous avons choisi de questionner cette évidence. Pour penser les liens entre travail intellectuel et émancipations, nous proposons un décalage: partir de notre situation de chercheur.e.s et enseignant.e.s du supérieur. Ne pas partir de l’évidence que notre travail est forcément un adjuvant nécessaire aux processus d’émancipation, nous a amené à renverser le miroir et à nous questionner. Comment se construisent nos postures intellectuelles? Quels enjeux epistemologiques et politiques traversent nos recherches et enseignements? Dans quelle situation matérielle travaillonsnous? Dans quels rapports de pouvoir sommes nous pris.e.s? 
Nous nous proposons de travailler autours de ces questions en trois moments:
Se situer et prendre position. Il s’agit de prendre acte d’une réalité: nous sommes vivant.e.s et par là intrinsèquement des corps situés et situés socialement. C‘est depuis cette corporalité sociale que nous écrivons, donnons un cours, presentons nos recherches, etc. Nous sommes sur terre, il n’y a pas d’issues… et nous prenons part à des institutions desquelles nous ne voulons pas partir. La science se donne à voir comme construite par des prises de distance, par des mises à l’écart des affects, par l’objectivation de ce qui nous lie au monde. Notre postulat épistémologique et politique sera de partir de ce qui nous meut et nous émeute dans notre travail, car s’émouvoir est le premier pas pour se mouvoir, se mettre en marche et chercher de nouveaux outils pour une praxis émancipatrice.  Il sera question d’interroger notre propre réalité quotidienne, prosaïque, notre travail de recherche et d’enseignement, de transmission et d’intervention. Comment, à partir de là, poser la question des émancipations comme une pratique concrète, différente à la fois de la fuite hors de l’institution et/ou de la posture du « bon rebelle ». Cela nous mènera à l’inévitable question de devoir faire avec la conflictualité inhérente à tout processus d’émancipation. 
Comme à notre habitude nous forcerons les postures et les routines académiques par des pratiques d’écritures collective et des dynamiques de discussion issue de l’éducation populaire. Toutes les séances ont lieu sur le campus du Mirail de l’université Toulouse 2.
Emancipations et travail intellectuel
vendredi 2 décembre
Salle GS 134 (Olympe de Gouges)
13h30-17h
Se situer / prendre position
vendredi 16 décembre
Salle F423 (nvlle MDR)
13h30-17h
vendredi 20 janvier
Salle E323 (nvlle MDR)
13h30-17h
S’émouvoir / se mouvoir
vendredi 10 février
Salle E323 (nvlle MDR)
13h30-17h
Vendredi 17 mars
Salle F423 (nvlle MDR)
13h30-17h
Faire avec la conflictualité
vendredi 21 Avril
Salle E323 (nvlle MDR)
13h30-17h
 sse-net-2016-2017

Je sers la science et c’est ma joie

Les textes traitants des désillusions, souffrances et difficultés lié à l’université sont nombreux. Celui-ci l’université ce partenaire abusif montre bien l’ambivalence amour/haine qui fait souvent la relation des jeunes chercheur.e.s avec l’université.
FIN
Sur la précarité du monde de la recherche, je vois aussi autour de moi des gens qui ont achevé leur doctorat et qui recherchent un emploi à l’université ( J’arrive à la fin de ma thèse et je suis au Québec). J’en viens à me dire, en nous observant courir après des petits boulots de recherche mal payés que ces recherches d’emploi s’apparentent à des relations abusives.
L’Université, lieu où on a passé plusieurs années de nos vie, institution dans laquelle on a investi du temps mais également des tas de choses émotionnelles, prend la forme vers la fin de la thèse, et plus encore après, d’un partenaire maltraitant. L’Université vous a accueilli en vous disant que vous étiez le/la meilleur.e. Quelqu’un de brillant avec pleins de possibilités, et qu’elle était chanceuse de vous voir entamer votre programme de doctorat en son sein. (et hop, vous voilà amoureux/se)

Continuer la lecture de Je sers la science et c’est ma joie