Résumé des épisodes précédents

 

Jusqu’à présent, notre programme c’est construit d’une séance à l’autre, à coups de doodle pour les dates et de contenus discutés au fur et à mesure. Après coup, nous pouvons donc livrer le programme des séances passées, pour mémoire et, pour qui voudrait prendre le train en route, en savoir un peu plus sur le genre de choses qu’on fait dans ce groupe de travail…

 
2 février 2015 : lecture, sous forme d’arpentage[1], de J. Rancière, Le philosophe et ses pauvres, Paris, Flammarion, 2010.

19 mars 2015 : séance d’expérimentation de la technique de l’ « Entraînement mental », autours de situations insatisfaisantes à l’université.

2 avril 2015 : arpentage de Paulo Freire, Pédagogie de l’opprimé, Paris, Maspero, 1982.

17 avril: 2015 : Suite de la séance d’entraînement mental.

3 juin: 2015 : Intervention et discussion « La recherche action à partir d’une expérience concrète », avec Françoise Guillemot et Krystel Odobet. Retour sur 20 ans d’une recherche-action au sein de Griselidis et Cabiria, deux associations de personnes prostituées.

25 juin 2015 : « Outils de l’Éducation populaire ». Intervention et discussion avec deux membres de la scoop d’éducation populaire Vent debout.

9 octobre 2015 : arpentage de J. Rancière, Le spectateur émancipé, Paris, la Fabrique, 2008.

4 décembre 2015 : séance dédiée au théâtre de l’opprimé avec Marie Carrère et Myriam Cheklab.

8 janvier 2016 : séance autour des problématiques liées à l’enseignement. Présentation de situations concrètes problématiques et travail en commun sur des éléments de résolutions.

22 mars 2016 : arpentage de F. Fanon, Les damnés de la terre, Paris, F. Maspero, 1968, 1968.

14 mai 2016 : Atelier « Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire des intellectuels et de leurs productions? Débat mouvementé sur l’usage des savoirs dans les émancipations » dans le cadre du festival d’éducation populaire Le vent se lève, à l’espace Job les 13,14 et 15 mai.

 

[1] L’arpentage est une méthode de lecture issue de l’éducation populaire qui consiste à se partager un livre pour le lire à plusieurs sur une période de temps de quelques heures. Le résultat final est plus une image subjective du livre, fabriquée par le groupe qui s’en empare, qu’une lecture au sens classique.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *