Se situer/prendre position

Après une première séance où nous avons pu poser quelques jalons d’une réflexion générale sur les émancipations et la classe intellectuelle, nous avons ouvert, ce vendredi 16 décembre, le chantier épineux de notre propre situation…
Deux courts textes nous ont servi d’appuis à une réflexion que nous avons ensuite cherché à ancrer dans nos réalités, à travers l’exercice « petite histoire/grande Histoire ».

Ces textes sont:

Martin Nicolaus, « La révolte des chercheurs américains « radical caucuses », extrait du livre de R. Lourau, Le gai savoir des sociologues, 1977.

Anne-Marie Devreux, « Féminisme et syndicalisme: peut-on objectiver le savoir militant ? » in Delphine Naudier et Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagement, éd. La découverte, Paris, 2011, pp. 62-79.

Outil de l’éducation populaire politique, l’exercice de la petite histoire/grande histoire nous a permis de dessiner une  frise historique de moments de prises de conscience, d’assignation à une place, de changement de position, de ruptures épistémologies… Son analyse sera l’objet de la prochaine séance.

Cette prochaine séance aura lieu le vendredi 20 janvier 2017 à la Maison de la recherche sur le campus du Mirail à Toulouse. Salle E323 (aile E 3 ème étage) de 13h30 à 17h.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *